Archive | mai, 2013

Anita Blake, Laurell K. Hamilton

29 Mai

Bonjour à tous ! 

common-core-standards-reading-requirements

Aujourd’hui je vais vous parler d’une série qui a déjà de l’ancienneté et de multiples adeptes. Il s’agit d’Anita Blake de Laurell K. Hamilton. Personnellement j’ai déjà lu le tome 1, 2 et 5 en entier. Je suis actuellement en pleine lecture du Tome 3. Pour plus d’info sur pourquoi j’ai lu le tome 5 en premier je vous laisse lire l’anecdote sur cet article : ma pile à lire.

Tout d’abord c’est de la bit-lit. Alors quand j’ai vu cette série, je me suis vraiment juste dit : chic, un livre en français et qui ne semble pas prise de tête. J’étais loin de me douter que j’allais lire la série en entier à la suite de ça. Et qui plus est, j’avais des préjugés énormes sur la bit-lit que cette série m’a fait effacer. En plus ce sont des enquêtes, et ce côté un peu policier (sans l’être) renforce mon engouement pour ce bouquin ! En gros j’ai totalement accroché (sinon je n’en serais pas au troisième tome en deux semaines).

De quoi ça parle ?

Anita Blake, une jeune femme de vingt-quatre ans bosse comme réanimatrice. Elle fait des extra pour la police et n’aime pas trop les vampires, en fait elle préfère les tuer… Depuis l’annonce des droits pour les vampires, cette communauté est venue massivement dans la ville de Saint-Louis. Tout cela donne pas mal de boulot à notre chère Anita. Entre les morts à relever, les zombies à combattre, les vampires à aider ou à éliminer, les humains en quête de sensations ou tout autre genre de créature, Anita Blake est débordée. On la suit alors dans son quotidien où le mal et le bien ne sont pas toujours là où on le pense.

Voici les résumés des deux premiers tomes histoire de vous faire une idée :

Tome 1 :

anita-blake-tome-1-laurell-k-hamilton-L-TWc7Oy“Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m’appellent « l’Exécutrice » et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c’était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n’est pas toujours très exaltant et mon patron m’exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s’en servir. Tuer des vampires, c’est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Depuis qu’ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il y en a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang ! »

Tome 2 :

anita-blake-tome-2-cadavre-rieur-laurell-k-ha-L-1« Savez-vous ce que c’est qu’une « chèvre blanche »? Eh bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés… mais ça, non! Pas question… Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire le boulot. Qu’on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires… »

Petites critiques qui sont valables pour les deux tomes. En premier, le problème de la traduction. J’ai le tome 1 en anglais et finalement j’en suis heureuse parce que quand je vois les fautes dans sa traduction, ça me pique les yeux (comme pour le tome 2). Mais bon, passons. Le second point est dans le style de l’auteur. Laurell K. Hamilton a pris le parti de revenir sans cesse sur ce qu’elle dit pour nous le rappeler. Alors quand il s’agit d’un tome à l’autre, ok, pourquoi pas. Si on a oublié, une piqure de rappel, ça ne fait jamais de mal à personne. Mais au sein du même tome on a l’impression qu’elle dit sans cesse les mêmes détails. Par exemple à propos de la Brigade spéciale de police. Anita dit souvent je ne sais pas pourquoi un tel est dans cette brigade, le pauvre, personne n’est affecté là par plaisir. Voilà en gros l’idée et elle le dit pour chaque personne. Bref, à un moment on a juste envie de dire STOP, j’ai pigé ! Mais bon, c’est aussi ce détail qui m’a permis de lire le tome 5 sans avoir lu les autres avant. J’ai compris l’histoire sans mal puisque tout est expliqué. Certes je ne savais pas ce qui s’était passé avant mais ça suffisait amplement pour profiter du livre en tant que tel et pas en tant que tome d’une série.

Et comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas que des choses méchantes à dire de ces livres sinon j’aurais déjà arrêté de les lire ! Je me suis laissée porter par ma lecture. Anita est une femme qui a du caractère. J’aime beaucoup son franc parler, sa façon de répondre (même quand elle ne devrait pas), d’avoir le dernier mot et de se faire respecter (par toutes sortes de créatures !). Cette série mêle pas mal de trucs comme le surnaturel avec les zombies, les vampires, les goules et autres, le policier avec les enquêtes qu’Anita fait pour la police (ou pour elle-même) et le sentimental (je ne vous en dis pas plus). Tout cela est bien amené, ce n’est pas du lourd que l’on pressent. Parfois je me suis laissée surprendre par la réaction des gens, parfois je savais déjà parce que j’avais envie que ça se passe ainsi mais je n’ai pas été déçue des événements.

J’adore le style simple de l’auteur. Anita pourrait être quelqu’un de familier pour moi, sa façon de parler, son style. Bref, une fille normale, qui parle comme tout le monde. On se prend plus facilement au jeu et on arrive à plonger avec elle dans son monde, à la comprendre. Les sentiments de peur, de rage, on les ressent avec Anita. En bref, une série que je continue avec plaisir et dont j’ai hâte de vous dire du bien (encore). Sauf si une mauvaise surprise devait pointer le bout de son nez mais ça, je ne l’espère pas !

Un petit point perso, je sais que Laurell K. Hamilton a écrit : Merry Gentry,  je ne pense pas le lire. Au vu des nombreuses critiques, il semblerait que ce livre soit beaucoup trop axé sur l’érotisme. Dans tous les cas, je conseille cette plume pour la série Anita Blake qui a su me séduire !

Cet article est le premier sur Anita Blake. Je tenterai de faire un article pour présenter tous les livres de la série, voir les comics quand je les aurais.

Publicités

Karl Marx

27 Mai

« Les hommes font leur propre histoire sans savoir quelle histoire ils font… »

images

Oyakodon

25 Mai

Aujourd’hui c’est samedi et nous revoilà pour un petit plat japonais tout droit sorti de xxx Holic. Il s’agit de l’Oyakodon (vous pouvez traduire ça par « bol pour la mère et son enfant »). L’Oyakodon est une sorte de Donburi, c’est-à-dire, un bol de riz avec un accompagnement. Dans notre cas il s’agit de poulet et d’œufs. En gros c’est un plat sympa, facile et qui plaira beaucoup à vos enfants par son goût pas trop étrange s’ils ne sont pas habitués aux mets non-occidentaux.

oyako

Viens de ce blog espagnol où la recette est bien expliquée également.

Tout d’abord, pour deux bols, il vous faudra disposer de :

–      100 grammes de blancs de poulet

–      2 œufs

–      du riz rond

–      la partie verte d’un poireau

–      de la ciboule

–      2 cuillères à café de sucre en poudre

–      2 cuillères à soupe de sauce soja

–      1 cuillère à café de Dashi

Maintenant on se lave les mains, on remonte ses manches et on se lance dans la préparation :

–      Dans un premier temps il faut faire l’assaisonnement. Mélanger dans un bol la sauce soja, le sucre en poudre et le bouillon de Dashi. Mettre de côté.

–      Faire cuire le riz.

–      Découper le poireau finement (lamelle de 1cm). Le faire revenir dans une poêle avec un demi-verre d’eau.

–      Cisailler la ciboule. L’ajouter au poireau. Remuer de temps en temps.

–      Couper les blancs de poulet en petits carrés. Une fois le poireau et la ciboule ramollis dans la poêle, ajouter le poulet.

–      Une fois que le poulet commence à changer de couleur, ajouter l’assaisonnement et mélanger.

–      Mettre votre riz dans des bols individuels.

–      Verser les œufs sur le mélange dans la poêle, attendre que l’œuf cuise.

–      Verser la préparation sur le riz dans les bols

Mes photos arrivent bientôt ! Promis.

Dans tous les cas bon appétit !

 

xxxholic

いただきます

Je ne suis pas une légende, Catherine Dufour

24 Mai

Bonjour à vous mes petits poulets !

common-core-standards-reading-requirements

Aujourd’hui je suis de retour avec une nouvelle de Catherine Dufour : Je ne suis pas une légende. Je ne voudrais pas en dévoiler trop et vous fait donc partager la quatrième de couverture :

21551« A L’EPOQUE OU MALO rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression.

Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café.

Peine perdue.

Il était trop tard.

Beaucoup trop tard. »

Un bon moment lecture qui m’a offert une nouvelle vision de la littérature avec des vampires. En effet, il n’est pas question de bit-lit ici mais plus de science-fiction. Cette nouvelle apocalyptique nous renvoit l’image de la bassesse humaine, de sa bestialité et de sa réalité profonde, en un sens. J’ai trouvé la fin judicieuse, elle fait écho à l’homme comme animal sachant s’adapter à tout. Nous voyons cette histoire au travers des yeux de Malo qui fait office de critique de ce monde, un critique pas si neutre que ça… L’auteur manie l’humour noir à la perfection et nous peint le tableau d’une société qui est atteinte d’un mal étrange. Mais finalement, ce mal n’était-il pas autre que celui décrit clairement dans ce livre ? Une critique profonde de notre société offerte dans un style à la mode. What else ? Lisez cette nouvelle, elle est gratuite !

Tout Seuls, Marion Achard

22 Mai

common-core-standards-reading-requirements

Je viens de fermer mon livre et j’ai le cœur lourd. Tout Seuls de Marion Achard m’a bouleversée. Ce roman jeunesse met en scène la fuite d’un frère, Malo, et de sa sœur Siloa à la suite d’un accident de voiture.

Je vous mets le résumé de la quatrième de couverture, tout aussi émouvant que le roman et qui j’espère vous motivera à lire ce livre !

9782330005368(1)« Malo arrive à s’extraire de la voiture écrasée sur le bas-côté. Plutôt que d’attendre les secours, le voilà qui se met à courir, fuyant la scène macabre, le visage inerte de son père reposant contre le volant. La vraie urgence, celle qui lui donne du courage, c’est d’aller retrouver sa petite sœur Siloa. La peur d’être séparés et placés en foyer va pousser les deux enfants sur les routes, avec en tête le rêve fou de retrouver au Maroc leur mère qui les a quittés depuis des années. Une fugue faite de rencontres belles et formatrices, avec d’autres gens du voyage… »

Nous sentons à travers ce roman que l’auteur nous emmène à travers un monde qu’elle maîtrise, notamment par la région où se déroule l’histoire (Dijon, lieu de naissance de M. Achard) ou encore par l’intrusion du spectacle. En effet, si Marion Achard est connue comme auteur, elle est aussi artiste de cirque, c’est dans ce monde qu’elle puisera pour son roman. Et perso, je suis heureuse de ce fait, ces gens du voyage m’ont juste touchée au plus au point et je ne pense pas être la seule au vu de la réaction des deux enfants !

Pour moi c’est un véritable coup de cœur, il n’est pas long à lire avec ses 114 pages qui se dévorent rapidement. Une découverte qui plaira autant aux ados qu’à leurs parents ! Une belle leçon d’amour, de fraternité. Ce livre est plein de bons conseils sur la vie et sur les relations familiales. On voudrait juste être là et rassurer ces enfants en mal d’amour, en quête d’une vie simple et normal … A la recherche d’une enfance que tout semble chercher à briser.

Cette course folle vous tiendra d’un bout à l’autre en attente de réponses, cherchant à savoir ce qu’il adviendra de Malo et Siloa. Je m’en vais de ce pas conseiller ce livre à mon petit frère (qui est en 3e)!

A bientôt.

 

A.Einstein

20 Mai

« Tout le monde est un génie. 

Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »
einstein460x276

Coeur de Libraire, le blog de Myiuki ♥

19 Mai

Aujourd’hui est un grand jour Myiuki de Coeur de Libraire, et moi avons décidé de rapprocher nos blogs. Dorénavant vous pourrez accéder rapidement au blog de Myiuki depuis Chickon (bannière à droite dans le menu). Je profites donc de l’occasion pour vous parler d’elle !

Sachez-le, je l’admire depuis un moment. Ce brin de femme a une plume à la place du cerveau et des livres lui coulent dans les veines. Elle a un cœur qui me fait vibrer par les mots qui en sortent. J’avais tout d’abord découvert son blog de chronique de livres. De bonnes critiques sur d’excellents bouquins ! Sa passion pour les livres ainsi que son talent pour la partager m’ont touchée. Je vous conseille d’aller faire un tour vers cette chronique, de notre merveilleuse libraire, que j’ai particulièrement appréciée : Gala de Spax, « Where is Bryan ? ».

Ensuite j’ai découvert les bribes d’écritures que cette demoiselle met sur son second blog My Precious’s Life ainsi que sur sa page Facebook, que je vous invite à découvrir de toute urgence ! De l’amour en veux-tu en voilà, des sentiments, des personnages touchants…  Vivement que l’on puisse trouver sa nouvelle et son roman en librairie !

Et juste parce que j’aime vraiment son style je vous met de quoi vous donner envie de cliquer sans plus attendre ! Voici la dernière citation publiée :

 « Faites qu’il ne s’arrête pas ! » pensais-je en moi-même. Ma soif de lui ne s’étancherait jamais, je venais à l’instant d’en prendre conscience. J’avais trop besoin de ses caresses, de ses baisers, de ces contacts partagés. Le sentir sur moi, en moi, devenait une nécessité implacable, arbitraire. Lui, je ne voulais plus que lui. » 

Depuis peu Cœur de Libraire c’est aussi un rendez-vous Youtube tous les lundis ! Je ne sais pas vous, mais Myiuki me fait penser à Caitlin Moran avec sa mèche de cheveux ! Et c’est un compliment. Qu’en pensez-vous ?

Caitlin Moran

Toutefois Cœur de Libraire ce n’est pas que du virtuel. C’est une fille avant tout, une vraie ! Une qui aime le chocolat, qui aime la couleur rose, qui aime les romans d’amour mais pas que… Elle a aussi un amour irrationnel pour les lapins nains. D’ailleurs je tiens à mettre un petit RIP pour Miyuki (c’est le nom de son lapin nain) qui est mort il y a quelques temps. Maintenant, c’est Kyo qui a la chance de câliner notre Libraire favorite.

Si cette jeune femme aime lire, c’est sur Jane Austen qu’elle a jeté son dévolu. Elle adore Monsieur Darcy, son film favori est Orgueil et préjugés, en bref elle apprécie tout ce qui tourne autour de l’univers d’Austen et elle n’est pas la seule 😉 Par contre malgré ce que pourrait dire cette bretonne, on est tous d’accord, le mont Saint-Michel reste normand. 

423682_289598691111831_388367135_n

Myiuki elle a bon gout, elle a choisi une illustration de Fafi pour son avatar !

Coïncidence notable, Myiuki rêve de s’offrir un week-end à Dublin, ville où je réside actuellement. D’ailleurs si vous voulez avoir quelques aperçus de cette ville, vous pouvez lire cette suite d’articles: « un jour j’irais à Dublin avec toi« .

Je vous laisse maintenant découvrir l’univers de Myiuki par vous même à travers sa page facebook ou son blog : Coeur de Libraire ! Et vous, quels sont les articles ou les écrits de Myiuki qui vous plu ? 

 

%d blogueurs aiment cette page :