Street Culture n°3 : Le graff’

10 Mai
IMG_3845

Photo depuis les quais de Dublin

Le graffiti est l’expression graphique du street art. Depuis l’antiquité ce mode de communication existe avec par exemple des graffitis sur les murs de Pompéi. Actuellement ce ne sont plus des gravures dans les murs mais on utilise les bombes de peintures. Ce mouvement est né sur les murs du métro de New-York. On pouvait y lire des noms et des messages. En 1973 un journal new-yorkais lance un concours du plus beau graff sur les rames du métro. Toutefois depuis la fin 1970, ces actes sont réprimés. Cela n’empêche cependant pas l’exportation du graff en Europe à la même période. Les graffeurs commencent à dessiner sur les murs des ghettos. Le style se fige de plus en plus, on standardise les caractères: les bulles, le « wild style », le flop (qui consiste à peindre tout un dessin en une fois), ou le « block letter » (qui consiste en un dessin de chaque lettre l’une après l’autre, bien distincte et généralement le mot ou la signature prend un pan de mur rien qu’à elle). On s’organise en crew là aussi pour peindre de plus grands graffitis, de plus grande surface et de manière plus rapide.

 On observe plusieurs méthodes. Certains utilisent uniquement la bombe, d’autres préfèrent le collage ou encore le pochoir. Pour dessiner ces œuvres, le graffeur a besoin d’un matériel spécifique tel que la bombe aérosol. Parfois le graffeur utilise des caps qui sont des valves de diamètres qui varient en fonction du résultat désiré. Ces caps sont amovibles et permettent une régularisation du débit de la peinture. En effet en fonction de la grosseur du trait il est conseillé d’avoir un fat cap pour obtenir quelque chose d’épais ou au contraire un skinny cap pour un trait plus fin.

480275_4974377521561_640928759_n

Frise prise à Cork : The Pana Shuffle de Anthony Ruby

DSCN0188

Exemple de collage vu à Dublin

 Le graffiti, de nos jours s’expose même à Beaubourg. Plus la peine de courir la nuit avec un sac plein de bombes aérosols pour être un graffeur. Cet art peut-être légal. Prenons un exemple rouennais, celui d’Ecloz. Au départ « taggeur » sur des murs, dans des usines laissées à l’abandon et actuellement détenteur d’une galerie d’art. Il dessine les devantures de magasins, il expose ses œuvres, customise du mobilier… On remarque donc que l’on peut faire du graff sans être exposé au « vandalisme » comme certains le voient. Il existe également des murs légaux mis à disposition des graffeurs. Le problème? Pour ce qui est d’Ecloz beaucoup d’autres graffeurs « old school » le voit comme un « traître », quelqu’un qui a oublié que le graffiti est un art de la rue et non un art qui est figé dans un musée. Le graff peut-être soumis au jugement d’autres graffeurs qui regrafferont par-dessus le cas échéant pour montrer leur mécontentement. Mais au final, le graff dans la rue, il faut l’apprécier sur le moment puisque nous le savons « le graffiti est un art éphémère » et non pas un tableau de musée.

Et quand Banksy s’invite au musée de Bristol ça donne ça :

banskyshow2 banksy_vs_bristol_museum_base

Juste un point, perso j’ai une adoration toute particulière pour Banksy (comme beaucoup me direz-vous). Je conseille vivement de lire Guerre et Spray ainsi que de visionner Faîtes le mur. Un bon moyen de comprendre les motivations de certains graffeurs. Attention, en aucun cas je ne conseille d’acheter ! Banksy est contre le capitalisme, contre la société de consommation ! Aller donc emprunter le bouquin (je suis contre le vol) ou télécharger le film.

faites-le-mur-banksy

 

 

Publicités

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :