Les Chroniques de Spiderwick, T. Diterlizzi et H. Black

5 Juil

common-core-standards-reading-requirements

Aïe Aïe Aïe… que de chroniques en retards et qui plus est, de chroniques littéraires !

Bon c’est décidé, je m’y mets et je commencerais cette relance de la chronique avec l’Intégrale des Chroniques de Spiderwick, cycle 1 (Tome 1 à 5) de Tony Diterlizzi et Holly Black. J’avais offert, il y a quelques années ce bouquin à mon frangin. Le film venait de sortir et les critiques positives faisaient rages. Moi, je n’avais que faire du film et du livre. Vous comprendrez, Platon, Voltaire et autres me prenaient déjà tout mon temps. Force est de constater à quel point j’ai eu tort. A la bibliothèque j’ai vu ces livres aux couvertures sympas, me faisant penser à la série « les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire ». Bref à mon retour en France et puis précisément dans la chambre de ce dit frère, j’ai pris le bouquin et je n’en ai fait qu’une bouchée.

leschroniquesdespiderwickintegrale

L’image provient du film mais les illustrations sont bien plus jolies à l’intérieur du livre !

Tout d’abord un petit résumé s’impose :

« Si vous ne croyez toujours pas aux fées et aux créatures fantastiques, découvrez les aventures des enfants Grace avec Les chroniques de Spiderwick !
Enfin réunis en un seul volume, les cinq livres du chef-d’œuvre de Tony Di Terlizzi et Holly Black. 
»

Bon revenons aux choses sérieuses et non au pourquoi du comment j’en viens à vous écrire cette chroniques. Les Chroniques de Spiderwick cycle 1 c’est cinq livres de sept chapitres chacun, l’intégrale a donc un total de pages de 492. Il contient les livres suivants : Le Livre Magique, La Lunette de Pierre, Le Secret de Lucinda, L’Arbre de Fer et La Colère de Mulgarath.

Beaucoup d’entre elles sont des croquis, des dessins, de magnifiques illustrations. Et juste pour cela le livre m’a séduite. La qualité du dessin est prenante, nous aussi nous avons la preuve sous les yeux que, ce que l’enfant relate est « vrai ». Il voit des gobelins, nous voyons des gobelins ! Vraiment, ce petit côté réaliste permet d’entrer encore plus vite dans l’histoire. Je vous laisse juger par vous-même.

 mallory-jared tumblr_mjqj5yTei81rtjt9ko1_500

Maintenant venons-en à l’histoire, au texte. Ce livre est un roman jeunesse mais vraiment je le conseille à tout le monde ! Une jolie façon de se détacher du monde réel et de rêver, comme un enfant, de fées, d’elfes, de farfadets et j’en passe. Nous suivons là les aventures des trois enfants Grace : Jared et son jumeau Simon accompagnés de leur sœur ainée Mallory. Jared est un intrépide qui sait se mettre dans de beaux draps, souvent sans le vouloir réellement. Viré de son collège pour bagarre, ce n’est pas ça qui le fera changer : croyez-moi ! Simon, bien que son jumeau, est totalement différents. De nature calme, il a un don particulier avec les animaux. Il leur vient en aide, les ramène chez lui en leurs offrant un gîte bien meilleur que l’hostilité du monde extérieur. Quant à Mallory, elle est à un moment bien difficile : l’adolescence. Si elle aime ses frères, elle n’est pas totalement en accords avec leurs idées de bêtises. Adepte de l’escrime, son maniement de l’épée pourrait toutefois lui servir ailleurs qu’en compétition.

Leurs parents viennent de se séparer et leur mère décide de venir s’installer dans la maison des Spiderwicks, une vieille demeure qui appartenait à leur grande tante Lucinda, envoyée en maison de retraite pour « folie ».  Seulement voilà, une fois sur place, les enfants trouvent la maison quelques peu … étrange, effrayante et peu commune ! Ils partent explorer la maison. C’est de surprises en surprises qu’ils vont, mais c’est  également d’ennuis en ennuis qu’ils se dirigent. Que se passent-il réellement dans cette maison et que doivent faire les enfants Grace ? En fait s’il est une réponse qui ne dévoile pas tout ce serait : il faut juste ouvrir les yeux, contempler le monde qui nous entoure avec un regard nouveau, alors là, et là seulement, le monde s’ouvrira surement d’une façon nouvelle  à celui qui sait l’admirer.

L’histoire ne laisse pas de répit à son lecteur, chaque fois une intrigue apparait, de nouveaux êtres également ce qui nous pousse toujours plus loin dans le roman et dans le monde des Spiderwicks. C’est un véritable coup de cœur et je pense que le Guide d’Arthur Spiderwick va rejoindre ma bibliothèque, juste parce que « c’est beau ». A vos enfants, à vous-même, à votre mari, à votre femme, à tous les grands-parents, à qui vous voulez, proposez de lire ce livre : un bol d’air frais dans un monde en manque de rêve !

Publicités

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :