Frankenstein, Mary Shelley

14 Jan

Il est parfois bon de lire ou de relire ses classiques !

frankenstein-ou-le-promethee-moderne-de-mary-shelley

.

C’est ce que j’ai fait cette semaine avec Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley qui date de 1818 … Ce roman est considéré comme un prémice à la Science Fiction et s’inscrit dans un genre fantastique maîtrisé.

Alors j’ai été bluffée. Je ne m’attendais pas du tout à cela, avec tout ce que l’on « sait » – sans en fait savoir – sur Frankenstein. Je m’étais imaginée un tout autre genre de récit que celui qui nous est offert.
La lecture est simple, rapide (310 pages dans la collection FOLIO SF) et surtout très prenante. Une fois ouvert, il est quasiment impossible de reposer ce roman avant d’avoir vu le point final.

Tout débute par une correspondance entre Robert Walton et sa soeur. Ce Walton, dont on sait peu de chose au final, souhaite se rendre au Pôle Nord afin d’y faire son projet tant rêvé.
Puis tout à coup nous basculons dans un récit enchâssé, une mise en abyme avec l’histoire de Victor Frankenstein. Celui-ci raconte ses aventures à Walton, qui en prend note dans son journal : le parcours de Victor Frankenstein, sa vie et pourquoi il s’est retrouvé perdu au milieu de la banquise.

Victor Frankenstein est un jeune homme suisse plein de volonté. Il étudie les sciences en Angleterre et décide de devenir un créateur de vie. Il désire plus que tout comprendre le mécanisme qui provoque la vie et par conséquent la mort.
Un soir il donne vie à un « monstre » que lui même refuse de voir. Ce dernier, laissé pour compte, n’aura d’autre choix que de vivre comme un paria… ce qui ne rend pas toujours un homme bon. Mais le récit du monstre est encore un récit enchâssé à un degrés de plus – puisqu’il est enchâssé dans le récit de V. Frankenstein.

Mary Shelley nous propose une histoire remplie d’événements surnaturels inclus dans un univers réaliste. Elle nous fait voyager à travers la Suisse, l’Angleterre, la France, L’Ecosse… Bref, rien d’imaginaire là dedans ! Seule la « bête », la créature de V. Frankenstein semble ne pas appartenir au réel. Jusqu’ici, personne n’a su faire revenir un être d’entre les morts. Toutefois, le doute subsiste durant toute l’histoire : nul moyen de vérifier les dires de Walton à propos du « monstre ». Existe-t-il vraiment ? Il semblerait que oui. Mais l’histoire étant uniquement racontée par Victor, et les quelques personnes ayant vu le « monstre » étant désormais mortes, Walton reste le seul à connaître cette vérité tout en n’ayant aucun moyen de justifier ce qu’il dit.

.

.

Je voudrais revenir sur un point, une chose qui me semble essentielle. Il faut oublier les boulons, les vis et les Frankensteins pré-conçus. N°1, Frankenstein n’est pas le monstre mais son créateur, bien qu’on puisse le considérer comme plus monstrueux que sa « chose ». Et N°2, il est décrit comme moche, hideux même, mais pas avec des boulons et autres écrous… Juste comme un être fait de morceaux de corps trouvés dans des cimetières profanés.

Je ne vous en dis pas plus mais je vous laisse découvrir ce chef d’oeuvre de la littérature anglo-saxonne. Sur fond d’amour, de (in)compréhension et surtout d’humanisme, Frankenstein renvoi l’homme à ses plus grandes peurs et ses désirs les plus fous.

Qui n’a pas rêvé de connaître le secret de la vie éternelle ?

frankesteindelcourt01_64245

.

Si j’ai adoré le roman, je n’ai pas apprécié les dessins de la bande-dessinée de Marie Mose. Je ne la considère pas comme moche, juste pas à mon goût. Cependant elle reprend fidèlement l’histoire. Amateurs du genre, si ça peut vous permettre de lire Frankenstein, lancez-vous. Ce n’est pas, je le répète, une mauvaise BD ni une mauvaise adaptation. Juste un coup de crayon qui ne m’attire pas.

Publicités

2 Réponses to “Frankenstein, Mary Shelley”

  1. WC, le meilleur endroit pour lire 14 janvier 2014 à 13 h 42 min #

    Ah un grand classique 🙂

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :