L’heure des sorcières, J. Loeb et C. Bachalo

21 Jan

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui c’est Comics ! L’heure des sorcières, sorti en 2004 est l’oeuvre de Jeph Loeb et de Chris Bachalo qui n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisqu’il s’agit de pointures en la matière.
J’ai pour une fois craqué sur un dessin de comics (chose peu habituel car je préfère les BD de fantasy ou de SF habituellement). Mais voilà, je me suis dis qu’il fallait que je retente ma chance. Bon en fait je me suis surtout dit « wahou la fille est sublime, je voudrais savoir refaire ce dessin« . Et me voilà une lecture plus tard très ennuyée de vous dire : je ne suis pas sûre d’avoir tout bien compris.

Sexy, non ?

Sexy, non ?

Alors voilà le résumé de l’histoire :
« Les cartes ont été distribuées. Chacun a son jeu en mains. Et ça commence mal… Pour Charity, ça commence avec un nouveau bureau et une valise pleine de billets verts. Pour Dex, ça commence avec un cadavre dans le coffre arrière de sa voiture, sur la route de Vegas. Pour Amy, ça commence par un paquet express sans adresse d’expéditeur. Et maintenant, la partie est lancée, il faut jouer. Avant que Mademoiselle Blanche ne dise que rien ne va plus. Avant que les douze coups ne retentissent jusqu’à minuit. Minuit… L’heure des sorcières !« 

Alors, premier point marquant : la lecture se fait à plein d’endroits différents sur la page, ce qui rend ce comics un peu déroutant. L’histoire est aussi vraiment complexe, puisqu’il s’agit de flashbacks, de plein de personnages différents, d’histoires variées, racontées par l’héroïne à son psy, et le tout retransmit par un narrateur. Bref, pour moi ça faisait trop de niveaux de lecture différents. Il va falloir que je m’accroche pour ma seconde lecture afin de comprendre tout les engrenages, les tenants et les aboutissants de l’histoire. Mais c’est peut être aussi ce qui fait le charme de ce comic.
Sinon niveau graphisme c’est beau, simple et efficace. J’ai enfin compris le lien fort entre l’univers des comics et celui du pop-art. Vous me direz que c’est la base, et je vous répondrais qu’avant je n’en avais cure.
La complexité de l’histoire tranche avec l’image que j’avais du genre comics : des histoires de super héros vantant la gloire des Etats-Unis d’Amérique. Il n’en est rien, j’aime me tromper et voir la vérité.

Je retourne de ce pas lire de nouveau ce petit bijou ! Faites de même et donnez moi vos impressions.

Publicités

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :