Le Vent Se Lève, Miyzaki

23 Jan
Le Vent se lève

Le Vent se lève

Je change de planning pour aujourd’hui, il n’y aura pas d’article BD. Non pas qu’il ne soit pas prêt, juste que je reviens du cinéma et que je DOIS vous parler du dernier Miyazaki ! Par dernier j’entends le dernier sorti au ciné, mais aussi l’oeuvre qui clôt sa carrière… Oui ça y est. Selon lui la période de créativité est de 10 ans et ces années sont à présent écoulées pour lui. Je voudrais aussi vous faire remarquer que certes, il ne s’agit pas de BD, mais l’oeuvre animée n’est pas très loin d’une bande dessinée. Surtout dans le cas présent où Miyazaki (comme d’habitude) a tout dessiné à la main. Un véritable travail d’artiste que l’on ressent lorsque les avions volent au soleil et que l’éclat de ces oiseaux mécaniques est sublimé par les rayons lumineux. Enfin, avant de commencer à vous donner un peu de détails, il faut que je vous donne des éléments sur l’histoire.

« Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde.
Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.« 

Voici le Trailer.

leventseleve

La création, un rêve, une passion

Inspiré d’une histoire vraie, cet animé a aussi une dimension autobiographique. Elle relate, par le personnage de Jiro, une partie de la carrière de Miyazaki lui-même. Une jolie mise en abyme de la création artistique par l’aéronautique, passion que le réalisateur mettait déjà en avant dans Porco Rosso. L’histoire nous rappelle au fur et à mesure les oeuvres précédentes de l’artiste.
Les paysages sont comme des aquarelles où l’on aurait réussit à dégrader toutes les nuances et à représenter la nature en la magnifiant. La bande originale se marie parfaitement avec l’histoire et les dessins pour nous envelopper dans un univers chargé d’humanité, de rêves et d’espoir.

Je ne veux pas spoiler, mais juste vous donner envie d’aller voir ce film capable de vous rendre émotif comme peu d’autres. Je vous écris la boite à mouchoirs sur les genoux, et je peux vous jurer que je n’en suis pas au premier. Je ne veux pas vous en dire plus pour ne pas vous en dire trop. Il est sans doute plus judicieux que je me taise et que je vous laisse voir par vous-même la puissance des mots, des dessins et de la musique !

Des personnages émouvants

Des personnages émouvants

« Le vent se lève, il faut vivre. » P. Valéry Et si « la création dure 10 ans » et qu’il faut « savoir en profiter« , j’espère que Miyazaki en a bien profité. En tout cas, une révérence magistrale et un au revoir que l’on n’est pas près d’oublier. Si lui arrête, le « il faut vivre » est une incitation à continuer d’aimer le genre, de chercher à être créatif, même sans lui, sans le « maître Miyazaki« .

Merci Miyzaki de nous avoir fait vibrer au cours de cette carrière et d’avoir fondé Ghibli qui reste tout de même un pilier de l’animation et qui a su s’imposer comme LE studio de référence du genre.

Un salut à jamais gravé.

Un salut à jamais gravé.

Bonne retraite, je pense que c’est mérité !

Publicités

4 Réponses to “Le Vent Se Lève, Miyzaki”

  1. Gabylc 25 janvier 2014 à 5 h 27 min #

    T’en fais pas, il a déjà annoncé qu’il se remettait au travail pour un manga 😉
    Mais je suis triste, il passe pas au Québec, va falloir que j’attende une sortie en DVD, et c’est pas du tout pareil qu’au cinéma D:

    • JuliaLittleDaisy 26 janvier 2014 à 10 h 05 min #

      Oh … Il y aura peut être des rediff plus tard. On croise les doigts.

  2. Adrien Nicolas 6 avril 2014 à 22 h 03 min #

    Hâte de le revoir ! Du coup, ça me fait penser, faut que je lise « La montagne magique », de T. Mann.

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :