La Page Blanche, Pénélope Bagieu

29 Jan

Je vous avez déjà parlé de mon goût pour Pénélope Bagieu lors de la sortie de « Joséphine » au cinéma. Mais Joséphine n’est pas tout, Pénélope c’est aussi un blog BD et d’autres ouvrages tous aussi géniaux les uns que les autres. Lequel pour aujourd’hui ? La page blanche ! Non, je ne suis pas atteinte de ce syndrome, c’est le titre de la BD ! Avec Boulet (auteur du blog BD trop cool que tu trouveras si tu cliques ici) en copilote, ce duo de choc signe une BD pleine de franchise, de doute, de joie, avec des scènes cocasses et finalement un regard sur ce que l’on est : peu de chose (si l’on ne se donne pas les moyens d’être quelqu’un).

La page est blanche mais la couverture est rouge.

La page est blanche mais la couverture est rouge.

Le titre de cette BD fait écho à un malaise très connu des écrivains, la page blanche. C’est le moment où l’inspiration semble quitter l’écrivain, le laissant en proie à des inquiétudes profondes aboutissant le plus souvent à un égocentrisme fou. En effet, lors de ces crises d’angoisses, plutôt que de s’ouvrir, l’écrivain se tourne vers son nombril pour tenter de dénouer les liens qui le retiennent prisonnier. La dépression le guettant, il finit par ne plus croire en lui et abandonne ses idées …

Bon revenons à notre propos, cette digression ne menant pas au discours que je voulais tenir à la base, puisque l’on a ici une oeuvre et que Boulet tout comme P. Bagieu ne sont (semblent ?) pas dépressifs du tout !

Qu’est ce que l’histoire raconte ? Je vous laisse le découvrir :

« Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni de son nom ni de ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de recouvrer la mémoire et de retrouver son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ? »

Une jolie quête d’initiation à la vie. Une BD poétique, des mots justes et le dessin de Pénélope qui est juste génial. Un petit bout de bonheur. Et vous savez quoi ? J’ai aimé parce que la fille est libraire, que ça parle de ce boulot en le décrivant plutôt bien et que moi – attention, grande révélation – j’aime les livres ! Je vous laisse lire cette pépite qui nous offre une déambulation dans Paris aux côtés du personnage principal. Une leçon de vie, une belle façon de dire aux gens : soyez ce que vous voulez être !

Pour en savoir plus (et lire le chapitre 1) voilà le site de la BD.

Publicités

Une Réponse to “La Page Blanche, Pénélope Bagieu”

  1. Camille 29 janvier 2014 à 11 h 24 min #

    J’ai été très déçue par cette BD. J’ai trouvé la fin vraiment mauvaise…
    De cette auteure, j’ai vraiment préféré Cadavre Exquis !
    Dans le même style, je viens de finir La Tectonique des Plaques de Margaux Motin. Autant l’histoire (d’une parisienne qui vient de divorcer, doit élever seule sa fille, et rencontre un mec) ne m’a pas vraiment plu parce que c’est justement très parisien, autant le dessin est juste extraordinaire ! C’est ici aussi un dessin de bloggeuse mais beaucoup plus fluide et gracieux que celui de Pénélope Bagieu je trouve.
    Je vais en publier la critique bientôt.

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :