Paprika de Satoshi Kon – Critique d’animé Japonais

6 Avr

Bonjour,

Il y a bien longtemps que je ne vous ai pas fait de petites critiques de films d’animations. Ce qui tombe bien c’est que j’en ai un dont j’aimerais vous parler, il s’agit de Paprika réalisé par le japonais Satoshi Kon en 2006.

paprikaa

Paprika

Je remercie mes amis qui m’ont poussé et repoussé à le voir parce qu’aujourd’hui je comprends pourquoi il fallait que je le vois et par conséquent que vous le regardiez aussi !

Le synopsis

Atsuko Chiba / Paprika

Atsuko Chiba / Paprika

« Dans le futur, un nouveau traitement psycho-thérapeutique nommé PT a été inventé. Grâce à une machine, le DC Mini, il est possible de rentrer dans les rêves des patients, et de les enregistrer afin de sonder les tréfonds de la pensée et de l’inconscient.
Alors que le processus est toujours dans sa phase de test, l’un des prototypes du DC Mini est volé, créant un vent de panique au sein des scientifiques ayant développé cette petite révolution. Dans de mauvaises mains, une telle invention pourrait effectivement avoir des résultats dévastateurs.
Le Dr. Atsuko Chiba, collègue de l’inventeur du DC Mini, le Dr. Tokita, décide, sous l’apparence de sa délurée alter-ego Paprika, de s’aventurer dans le monde des rêves pour découvrir qui s’est emparé du DC Mini et pour quelle raison. Elle découvre que l’assistant du Dr. Tokita, Himuro, a disparu… »

Un animé touchant, original traitant de sujets profonds

Paprika a tout de LA femme parfaite. Elle est enojouée, prête à tout pour sauver les autres, pour les aider et faire le bien. En plus d’être dotée d’une intelligence redoutable, Paprika a une plastique très satisfaisante. Elle intervient dans les rêves pour soigner les gens. J’ai personnellement adoré cette idée même si ce film nous montre les limites de ce procédé.

En effet, une question centrale est évoquée au sein de cet animé : peut-on interférer sur les rêves ? N’est-ce pas le seul lieu où chaque personne peut laisse libre court à son esprit pour créer ce qu’il désire ?
Si l’on touche à cette liberté fondamentale, les désastres peuvent être multiples et irréversibles.
C’est ce qu’il arrive lorsqu’un être mal-intentionné vol la DC Mini…

On nous met face à une question crucial sur la modernité, ses usages et ses effets sur l’homme et sur sa part de liberté.

Ce film d’animation est également le moment de revenir sur des questions fondamentales qui transcendent l’Homme comme : la mort, l’amour, l’amitié, le désir, la réussite …

Un univers coloré, étrange et envoûtant

Que ce soit à cause du graphisme ou de la musique, on termine le film avec l’impression d’avoir pris des drogues ou d’avoir participé à un des rêve étrange …
Tout est très coloré, la musique est prenante mais étonnante… Je vous laisse juger par vous même !

Un véritable chef d’oeuvre qui me donne envie de voir tout ce que Satoshi Kon a fait. Merci à lui d’avoir consacré sa vie à des créations aussi belles que Paprika. C’est ainsi qu’on devient immortel, en laissant des traces telles que celles-ci.

Satoshi Kon

Satoshi Kon

Publicités

Une Réponse to “Paprika de Satoshi Kon – Critique d’animé Japonais”

  1. Adrien Nicolas 6 avril 2014 à 19 h 05 min #

    Je ne sais pas dans quel genre on pourrait classer Paprika, s’il fallait absolument le classer… Du « néo-surréalisme » ? De l' »oniric-punk » ? ^^

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :