Junk Love de Chaemin – Critique littéraire de bande dessinée

30 Avr

De l’amour et de la nourriture, le tout en BD … voilà une synthèse de l’ouvrage Junk Love de la coréenne Chaemin. Edité chez Casterman dans la collection écritures (que j’adore particulièrement) en 2011, ce one-shot est une petite perle traitant de l’amour comme on a pas l’habitude de le lire.

Une couverture explicite

Une couverture explicite

« Il squatte chez moi depuis un peu plus d’une semaine. Il dépense mon fric, utilise mes affaires et profite de mon corps.« 

Synopsis

Ho-gyeong, apprentie comédienne, gagne sa vie en posant nue dans des ateliers de peinture. Min-gyu, lui, ex-étudiant en droit, papillonne de petits boulots en petits boulots, et d’aventure en aventure. Liés par une relation erratique et sans passion, ils reviennent pourtant toujours l’un vers l’autre, plus attachés qu’ils ne veulent bien se l’avouer. Pour faire face aux cahots d’une telle liaison, ils se réfugient dans un rapport étrange à la nourriture, succédané de leur cache-cache amoureux et de ses non-dits. Mais un repas partagé suffit-il à combler leur vide intérieur ?

Planche Junk Love

Planche Junk Love

Mon avis

Une BD où j’ai vite perdu le fil … pour cause ? Un découpage déroutant qui nous porte au creux d’une histoire d’amour étrange et que l’on a du mal à appréhender au départ. Voici un parti pris un peu hors du commun : découvrir le lien amoureux entre deux êtres au travers des repas qu’ils prennent ensemble.

La nourriture peut-elle satisfaire l’insuffisance ? Les plats donnent envie et à cause du contexte on se sent pris dans l’histoire. Finalement, on se sent lassé de la nourriture, lassé de cette vie et tout comme Ho-gyeong, nous souhaitons autre chose. Min-gyu peut paraître désagréable et même horrible dans certains cas, mais je n’ai pas réussi à le haïr, au contraire, je ressentirais bien de la peine pour lui. Au bout du compte, ce n’est pas la personne que l’on croit la plus forte qui l’est vraiment.

Junk Love

Junk Love

Junk Love est une BD en noir et blanc de style Manhwa (manga coréen). Même si cet ouvrage est surtout à destination des femmes dans le propos, il peut aussi être le point de départ d’une réconciliation entre les genres.

Une BD aux accents féministes qui tente de montrer que la femme est seule maître de son destin, qu’elle peut se libérer de ses propres chaînes. On assiste avec Junk Love à la renaissance de Ho-gyeong qui s’émancipe au fur et à mesure du livre.

Une bande dessinée à découvrir !

Un Jour

Un Jour

Une idée pour lire plus ?

Si vous aimez les histoires d’amour un peu tragiques, un peu compliquées et jolies je vous conseille le roman de David Nicholls, Un Jour.

Publicités

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :