Archive | septembre, 2014

Critique littéraire – Half Bad de Sally Green

26 Sep
Petit mot

Petit mot

Parmi les romans très attendus lors de cette rentrée littéraire, il y avait le tome 1 “Traque Blanche” de la trilogie Half Bad de Sally Green publié aux éditions Milan. Sa sortie nationale était le 24 septembre 2014 et afin de célébrer cette dernière, une chasse au trésor a été organisée. 100 exemplaires de Half Bad avaient été dissimulés entre la France et la Belgique. A Lyon, 10 exemplaires ont été cachés. J’ai suivi les indices de L’Ouvrage (d’ailleurs il reste des exemplaires dans la nature, partez vous aussi en quête du votre !).

Un roman fantastique, classé en young-adult, que je recommande !

 

Voilà le synopsis ainsi que le trailer donnés par les éditions Milan

“Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.”

 

La quatrième de couverture est géniale et donne envie tout autant qu’elle angoisse …

 

“Tu ne sais ni lire ni écrire, mais tu guéris vite, pour un sorcier.

Tu ne supportes pas de rester enfermé une fois la nuit tombée.

Tu détestes les sorciers blancs mais tu aimes Annalise.

Tu es enfermés depuis tes quatorze ans.

Maintenant, tu n’as pas le choix :

tu dois fuir et retrouver Mercury, la sorcière noire qui dévore les petits garçons.

Et tout ça avant ton dix-septième anniversaire.

Facile …”

"Libérez-Moi"

« Libérez-Moi »

J’ai fini par découvrir mon exemplaire de Half Bad dans un par-terre de fleurs devant l’ancienne prison Saint Paul à Lyon, “enchaîné” avec un papier demandant “libérez-moi”. Cachette très stratégique avec une mise en scène vraiment sympa (dommage qu’il y ai eu cette pluie) .

Voilà, nous sommes deux jours après, j’ai terminé le roman …… Et je veux la suite !

 

Plus concrètement, voici mon avis :

Trouvé !

Trouvé !

Un livre qui n’est pas sans rappeler une lecture marquante pour moi et pour beaucoup : Harry Potter de J.K. Rowling. En effet, nous voilà projeté dans un monde où sorciers et non sorciers se côtoient. Alors là, pas de moldus mais des “béjaunes”, les sangs-mêlés sont toujours des êtres mi-sorciers/mi-humains et enfin il y a les sorciers. Ceux-ci sont “blancs” ou “noirs” en fonction de leur position sur le bien et le mal. Attention toutefois à ne pas faire d’amalgame entre ces deux univers. Celui-ci est plus “trash” et moins conventionnel que celui de Harry Potter. De plus malgré son apparence manichéenne le monde de Half Bad se révèle plein de nuances. On ne naît pas bon ou mauvais, on choisit de le devenir.

Toutefois, Nathan, le héros, semble avoir été désigné comme mauvais à la naissance. Seuls quelques proches continuent de le voir comme un être fondamentalement bon, quoi que différent des autres sorciers blancs.

Rejeté, enfermé et torturé Nathan est obligé de se construire seul dans un monde où tous souhaitent l’anéantir. Un roman sombre, dur, où rares sont les moments de répits pour notre protagoniste. Voici un monde cruel qui ne cache pas sa noirceur !

 

Sally Green connaît ses classiques et on peut pressentir une histoire d’amour à la Roméo et Juliette dans un monde de sorciers. J’ai hâte de savoir ce que la suite nous dira … Annelise – notre Juliette – est-elle quelque de bien ? Quel est sa place, quel rôle joue t’elle ?

On retrouve une ambiance British avec Londres, l’Ecosse, le Pays de Galles et même la Suisse (d’accord, c’est pas trop British mais bon).

 

Un dernier point sur la forme, qui me semble assez originale. Les deux premiers chapitres divergent du reste. Le narrateur change. Au départ on a une vision externe pour ensuite plongé dans l’esprit de Nathan. Un flash back amène le héros a expliqué pourquoi il est en cage au début du roman. C’est une technique bien utilisée qui m’a au début étonnée et finalement j’adhère totalement !

Un début sur les chapeau de roue pour une saga prometteuse !

HALF BAD

HALF BAD

 

L’article sur les coulisses de la publication de Half Bad est intéressant et j’en recommande la lecture.

Jettez un oeil sur la page Facebook du livre !

Critique de jeux vidéo – Don’t starve

24 Sep

Don’t Starve

Bon, oui je suis en retard … Tout le monde a déjà fait sa critique sur Don’t Starve il y a un an au moins et moi, je débarque.  Je vous laisse voir l’article de Madmoizelle et la vidéo de feu 3615 USUL : . L’ouverture de la béta en multi y est sûrement pour quelque chose. Donc Don’t Starve c’est un jeu de survie dont j’ai rêvé durant des mois avant de pouvoir y jouer sur un ordi potable et pas sur mon PC qui a une carte graphique qui offre le même rendu que ce que vois un myope sans lunettes (je parle même pas des temps de chargement). Ce jeu, sortie en avril 2013, a été développé par Klei Entertainment.

Don't Starve

Don’t Starve

Dans Don’t Starve, on incarne un perso (Wilson) qui se réveille dans un monde où un homme (Maxwell) lui dit qu’il ferait bien de chercher à manger s’il ne veut pas mourir. Rien d’autre n’est indiqué, à nous de découvrir les interactions possibles avec notre environnement. Voilà comment je suis morte attaquée par des cochons un soir de pleine lune …  Ah oui, un détail qui ne l’est pas tellement, quand on meurt c’est pour de “vrai” c’est à dire qu’on reprend la partie au départ. Se construire un campement, trouver à manger, savoir comment ne pas devenir trop fou, voilà un quotidien assez marrant et prenant !

 

Attention à ne pas oublier votre feu à la tombée de la nuit ….

Votre feu de camp

Votre feu de camp

 

Vous l’aurez compris, ce jeu n’est pas simple malgré un gameplay qui semble simpliste. Le jeu ne manque pas de profondeur ni même d’actions. La tactique sera votre meilleurs alliée !

Parlons de la musique également. Elle nous plonge dans le l’univers et colle parfaitement à tout ce qui se déroule autour de nous. C’est elle qui fait naître des sensations autour du jeu. Parfois la musique est une aide, parfois elle est un frein, tout dépend de votre capacité à gérer le stress et la peur. Motivante, angoissante mais toujours parfaite pour le moment ! Une BO bien élaborée. Je l’apprécie pour ça.

Pour ce qui est du design, amateur de Tim Burton, vous serez servi ! Des dessins un peu gothiques, des paysages sombres, des bestioles bizarre et un monde que l’on ne comprend pas.

Alors afin de comprendre un peu mieux, des joueurs on fait le wiki du jeu. Ce dernier est super bien fait et je vous recommande la lecture – sauf si vous voulez vous débrouiller comme un vrai participant à Koh Lanta. La vérité, c’est que je vous le conseille seulement après avoir fait une ou deux parties sans, histoire de découvrir le jeu par vous même, ce qui reste une partie de plaisir.

Entre onirisme, peur et étrange, Don’t Starve m’a séduit et pour un moment encore … Au fait, je vous laisse, j’ai des baies à ramasser…

 

Pour en savoir plus je vous laisse avec le site officiel et le blog assez funky.

 

Envie de goodies ? Le Klei store est pour vous !

Wilson vous souhaite bien du courage

Wilson vous souhaite bien du courage

Swap Elfes et Magiciens

22 Sep

Alors voici mon deuxième article parlant du Swap Elfes et Magiciens, mais si rappelez-vous !

Dimanche 21 septembre on ouvrait les colis c’est pourquoi aujourd’hui je vais vous dire ce que j’ai eu … J’ai même eu la larme à l’oeil tellement Amarüel est un elfe digne de ce nom ! Allez voir son blog !  Nous avions décidé de ne faire le colis que sur les elfes, c’est pourquoi mon binôme a été en quête de petites pépites !

Colis

Colis

L'art de la guerre

L’art de la guerre

Tout d’abord, voici un manuscrit elfique que tous savent sur le bout de la langue. Très utile en cas de guerre, Den Patrick dévoile ici les tactiques d’attaques elfiques ! Un sublime cadeau qui j’espère ne servira jamais, la guerre c’est un truc d’humain !

Cuisine elfique

Cuisine elfique

Afin de ne pas faire la guerre, il faut vivre en harmonie, quoi de mieux pour cela qu’un bon repas ? Amarüel l’a bien compris en m’envoyant un livre de recette des mets de sa contrée. Sublimement illustré, ce précis va m’être fort utile pour ma cueillette demain.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un elfe est un artiste, c’est pourquoi, j’ai reçu de quoi dessiner. De très jolies fresques ! D’un tout autre style que dans la forêt de chez moi. Vraiment, j’ai hâte de me rendre en pèlerinage chez Amarüel.

Coloriage

Coloriage

La fille du roi des elfes

La fille du roi des elfes

Enfin, un elfe se doit de connaître son histoire, c’est la raison pour laquelle j’ai également eu “La fille du roi des Elfes” de Dunsany. Un véritable moment de notre Histoire.

Ceci étant dit, passons au reste car dans ce colis il n’y avait pas que des manuscrits. Amarüel m’a fait parvenir un objet magique qui appartenait à sa famille : une feuille aux vertues magiques (mais je ne vous en dirais pas plus, les secrets doivent parfois le rester). Je la remercie d’avoir cousue cette feuille et d’en avoir fait une besace. Je pourrais y glisser le précis de cuisine elfique lorsque j’irais en forêt récolter les ingrédients nécessaires.

Besace

Besace

Merci également pour ces gourmandises que tu nommes Caramels au beurre salé. Délicieux, raffiné et délicat. Ils laissent une saveur agréable sur le palais durant un petit moment. Quel régal.

Marque page

Marque page

Pour ce qui est des lettres j’ai reçu une carte faites à la main ainsi qu’un marque page réalisé par Amarüel. Tu es toujours un dessinateur hors-pair ! J’ai trouvé deux cartes postales faites par un autre elfe. Sublime ! Je pense les utiliser pour faire la décoration de mon arbre. Et pour finir, sur le colis était apposé le sceau de la contrée d’Amarüel : un arbre elfique doré.

Verso du marque page

Verso du marque page

 

Sceau elfique

Sceau elfique

Merci encore pour ce magnifique Swap ! Je suis heureuse de toutes ces surprises. Amarüel a été un binôme génial. Je suis gâtée et j’ai été touchée par tant d’attention.

Je n’hésiterais pas à retenter l’expérience.

Doomboy, Tony Sandoval – Critique littéraire de bande dessinée

17 Sep

On ne le présente plus sur ce blog, T. Sandoval est un incontournable de ma bibliothèque. Directeur de la collection calamar de chez Paquet, cet auteur d’origine mexicaine me fascine énormément. C’est pourquoi après le cadavre et le sofa (qui vient de reparaître chez Paquet ce mois-ci) ainsi que Le serpent d’eau, j’ai choisi de vous présenter aujourd’hui un troisième chef d’oeuvre de cet auteur : Doomboy. Sortie en septembre 2011, je vous conseille cette BD.

Doomboy

Doomboy

Flirtant encore avec la mort, l’adolescence, le rêve et l’étrange, Sandoval nous emporte de nouveau dans son univers si sombre et en même temps chargé d’espoir. Une saveur que lui seul sait transmettre !

Voilà ce que dit la quatrième de couverture :

Doomboy est un adolescent solitaire qui joue pour lui seul des morceaux de guitare électrique. Pour lui seul ? Pas tout à fait car à l’aide d’un vieil émetteur radio, il envoie ses morceaux vers sa bien aimée, vers l’au-delà. Ce qu’il ignore, c’est que toute la ville capte sa musique. Il devient très vite un héros anonyme, seul son meilleur ami sachant qu’il est l’auteur de ces compositions. Jusqu’au jour où un enregistrement de sa musique circule…

A mon tour de dire ce que je pense !

Onirisme

Onirisme

La mer, une météo étrange, des musiques déchaînées et un ado paumé qui vient de perdre sa copine et un meilleur ami fan. Voilà dans quel monde on s’engouffre. Les riffs de guitares vont prendre le dessus sur tout ! La puissance de la BD résulte de cette alchimie entre le vrai et l’onirique. Des aplats de couleurs sublimes, des personnages touchants et un paysage qui donne envie.

Doomboy au départ inconnu et malmené par les gens de son âge va devenir une légende locale grâce à la diffusion de ses morceaux de guitare à la radio. Voilà comment ses compositions spécialement conçues pour son amour défunt vont devenir des rendez-vous quotidiens très attendus. Sandoval va traiter de l’amour de façon subtile, délicate et vraie. Si notre protagoniste a perdu la personne qu’il aimait, certains autres personnages vont apprendre à tomber amoureux. Malheureusement tout le monde ne sait pas accepter l’amour ou n’assume pas son orientation et Sandoval va alors illustrer un rejet de l’homosexualité qui se fait avec violence.

Doomboy

Doomboy

Même si on s’attend un peu à ce qui se passe à force de lire cet auteur, il sait nous surprendre et nous fait fantasmer de nouveau.

Un coup de cœur pour la marchande d’étoile … A vous de lire pour la découvrir !

Ceci est un article dit « sac à main »

8 Sep

Hello !

J’espère que la rentrée s’est bien passée pour vous, pour ma part j’ai fini mes études il y une semaine et je suis heureuse.

Depuis que je vous ai quitté j’ai lu, je suis allée au cinéma, j’ai vu la pluie, j’ai traversée la France, j’ai vu le soleil, j’ai rigolé, j’ai pleuré (cf: je suis allée au cinéma), j’ai découvert des morceaux de musique, je suis allée à un festival dont j’aimerais vous parler ! Alors cet article de rentrée sera comme un sac à main de fille, bien rempli mais chaque chose a son importance !

 

  • Commençons par les romans :

 

L'homme qui voulait être heureux, Gounelle

L’homme qui voulait être heureux, Gounelle

Je ne sais sais pas à quoi je m’attendais en décidant de lire L’homme qui voulait être heureux de Gounelle, mais j’ai été agréablement surprise. Mais c’est plus un livre de réflexion et de développement personnel qu’un véritable roman … Voici donc un texte qui traite de la quête du bonheur. Pas prise de tête mais pas non plus la révélation pour moi.

Le mec de la tombe d'à côté, Mazetti

Le mec de la tombe d’à côté, Mazetti

 

J’ai ensuite continué avec un autre roman qui se vend très bien, Le mec de la tombe d’à côté de Mazetti … La magie a opéré et je pense lire la suite dès que possible ! Bien écrit, sympa et drôle, ce roman est plein de sentiments. C’est un peu l’amour est dans le pré en version romanesque mais de l’amour et de la haine, de la conquête et des moments tristes, ça n’a jamais fait de mal. Un peu chick’ lit sur les bords, ce livre est la touche girly de mon été.

 

La joueuse d'échecs, Henrichs

La joueuse d’échecs, Henrichs

J’ai enchaîné avec La joueuse d’échecs de Henrichs. Wahou ! Voici un livre qui pourrait faire peur à certains hommes. On y voit l’évolution d’une femme qui s’affirme de plus en plus. J’ai hâte de voir l’adaptation cinématographique de ce roman. Nous voici en Grèce, Eleni femme de ménage, est une bonne épouse, une mère attentionnée jusqu’au jour où elle découvre les échecs et se passionne pour ce jeux. Une quête initiatique qui permettra à cette femme de sortir de son cocon. Une écriture délicate, un livre plein de justesse, un portrait touchant de l’île de Naxos et de ses habitants.

Et si je vous laissais de suite pour faire une partie d’échec ?

Balzac et la petite tailleuse chinoise, Sijie

Balzac et la petite tailleuse chinoise, Sijie

 

Non, c’est raté, j’ai encore lu … Et je termine cette liste littéraire avec Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie. Ode à la lecture, à la découverte et à la littérature en générale. Deux enfants feront tout pour sauver des ouvrages du ravage que Mao a provoqué en Chine. Subtile, parfois dur mais toujours magnifique, ce livre est un chef d’oeuvre. Ce roman a été adapté en film mais je garde pour moi l’image de ma tailleuse et ne veut pas voir ce film pour le moment.

 

  • Passons aux films …

the fault is in your stars

The fault is in our stars

 

J’ai vu Nos étoiles contraires … Je ne voulais pas lire le livre car au vu de l’histoire je ne me sentais pas capable. Je suis faible et émotive, souvent trop … et le cancer est un sujet qui me rend un peu déprimée, alors une histoire qui parle d’ados, d’enfants ayant ce genre de maladie, moi j’en aurais effacé les lettres du livres avec mes larmes. J’ai pris ma mère par le bras et nous sommes allées voir le film ensemble. Je n’ai pas vu Divergente, je ne connaissais pas les acteurs Shailene Woodley et Ansel Elgort. Ils sont touchants et nous transportent dans cette histoire avec brio. Je crois que je n’étais pas vraiment prête pour aller voir ce film. Il est dur, mais c’est la réalité, la vie autour de nous et ces deux ados, fictifs, sont l’image de la force dont les enfants malades font preuve ! Une histoire qui n’est pas sur le cancer mais sur l’amour et sa force ! Je ne vais pas dire plus, juste qu’il est comme une explosion dans mon coeur. Et dans la BO il y a Kodaline, Ed Sheeran et Jake Bugg … Conquis ?

 

Le second film, pas plus gaie à vrai dire c’est Le rôle de ma vie de Zach Braff. Je ne l’ai peut être jamais dit ici mais mon film favoris c’est Garden State (le premier film de Zach Braff). J’ai la guimauvite dès que je le vois alors quand j’ai su qu’il en réalisait un second, je ne fut que joie. J’ai donc couru dans la salle de cinéma ! Entre éclats de rire et reniflement gras, ce film est une montagne russe. Zach Braff dresse le portrait d’une famille juive qui doit faire face aux problèmes de santé du grand-père, aux soucis familiaux, financiers et religieux. Mais les problèmes ont parfois des solutions hilarantes ou cocasses et Zach Braff est un champion pour mettre en avant ces instants de vie. On retrouve dans ce film, Donald Faison son, partenaire de Scrubs, ainsi que Jim Parsons ( de Big Bang Theory). Et rien que pour ça, ce film est drôle !

Je suis  consciente que ce film, voir même Zach Braff, mériterait un article juste pour lui mais je voulais qu’il figure dans ce top rentrée, histoire de montrer que dans mon article “sac à main” il y avait un portefeuille (chose essentielle), et ce film c’est ça !

WISH I WAS HERE

WISH I WAS HERE

 

  • Enfin, j’aimerais vous parler un peu de la Normandie et surtout du Festival International du Cerf-volant de Dieppe.

 

Je suis normande (de la Haute, plus pour longtemps, donc ça vaut le coup de le préciser). J’aime les clichés et donc je vois du cidre, de la crème fraîche et j’ai une adoration pour les galets. Traite de plaisanterie, je trouve que c’est une région magnifique qui mérite que l’on s’y attarde. Nombreux sont les auteurs à avoir décrits les beautés que recèle cette partie de la France, ce n’est pas pour rien.

 

Bref, la dernière beauté que j’ai découvert c’est ce festival qui fait venir des cerfs-volistes du monde entier : le festival de Dieppe. Délicat, aérien, beau et planant … je suis retombée en enfance, j’avais des étoiles dans les yeux. On peut voir des types de cerfs-volants inimaginables. Entre un suédois qui fait des armatures plumes, un japonais aux toiles rectangulaires peintes traditionnellement, un anglais qui dessine durant des années la toile de sont cerf-volant avant de la réaliser, des indiens (à l’honneur cette année) qui ont des OVNI (sincèrement).

En gros ça se passe en ce moment et jusqu’au 14 septembre 2014, je vous conseille le détour ! En plus il y a les combats de cerfs-volants qui doivent valoir le coup mais je ne peux malheureusement pas m’y rendre.

Dites-moi  s’y vous y avez été ce que vous en avez pensé !

Festival international de cerfs-volants

Festival international de cerfs-volants

 

Je vous avez dit que je voulais faire des modifs, elles se préparent ! En attendant, vous et moi nous pourrions rendre la page Facebook plus vivante si vous veniez y discuter de la pluie, du beau temps avec moi. Je vous donne rendez-vous derrière un clic sur ce lien.

 

XoXo à tous !

%d blogueurs aiment cette page :