Doomboy, Tony Sandoval – Critique littéraire de bande dessinée

17 Sep

On ne le présente plus sur ce blog, T. Sandoval est un incontournable de ma bibliothèque. Directeur de la collection calamar de chez Paquet, cet auteur d’origine mexicaine me fascine énormément. C’est pourquoi après le cadavre et le sofa (qui vient de reparaître chez Paquet ce mois-ci) ainsi que Le serpent d’eau, j’ai choisi de vous présenter aujourd’hui un troisième chef d’oeuvre de cet auteur : Doomboy. Sortie en septembre 2011, je vous conseille cette BD.

Doomboy

Doomboy

Flirtant encore avec la mort, l’adolescence, le rêve et l’étrange, Sandoval nous emporte de nouveau dans son univers si sombre et en même temps chargé d’espoir. Une saveur que lui seul sait transmettre !

Voilà ce que dit la quatrième de couverture :

Doomboy est un adolescent solitaire qui joue pour lui seul des morceaux de guitare électrique. Pour lui seul ? Pas tout à fait car à l’aide d’un vieil émetteur radio, il envoie ses morceaux vers sa bien aimée, vers l’au-delà. Ce qu’il ignore, c’est que toute la ville capte sa musique. Il devient très vite un héros anonyme, seul son meilleur ami sachant qu’il est l’auteur de ces compositions. Jusqu’au jour où un enregistrement de sa musique circule…

A mon tour de dire ce que je pense !

Onirisme

Onirisme

La mer, une météo étrange, des musiques déchaînées et un ado paumé qui vient de perdre sa copine et un meilleur ami fan. Voilà dans quel monde on s’engouffre. Les riffs de guitares vont prendre le dessus sur tout ! La puissance de la BD résulte de cette alchimie entre le vrai et l’onirique. Des aplats de couleurs sublimes, des personnages touchants et un paysage qui donne envie.

Doomboy au départ inconnu et malmené par les gens de son âge va devenir une légende locale grâce à la diffusion de ses morceaux de guitare à la radio. Voilà comment ses compositions spécialement conçues pour son amour défunt vont devenir des rendez-vous quotidiens très attendus. Sandoval va traiter de l’amour de façon subtile, délicate et vraie. Si notre protagoniste a perdu la personne qu’il aimait, certains autres personnages vont apprendre à tomber amoureux. Malheureusement tout le monde ne sait pas accepter l’amour ou n’assume pas son orientation et Sandoval va alors illustrer un rejet de l’homosexualité qui se fait avec violence.

Doomboy

Doomboy

Même si on s’attend un peu à ce qui se passe à force de lire cet auteur, il sait nous surprendre et nous fait fantasmer de nouveau.

Un coup de cœur pour la marchande d’étoile … A vous de lire pour la découvrir !

Publicités

2 Réponses to “Doomboy, Tony Sandoval – Critique littéraire de bande dessinée”

  1. lydieetseslivres 18 septembre 2014 à 6 h 56 min #

    Cette BD me fait rêver 🙂
    Merci pour ta chronique.

    • JuliaLittleDaisy 22 septembre 2014 à 18 h 31 min #

      Je suis bien contente que m’a chronique t’es fait plaisir 🙂

Say something, don't be shy !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :