Archive | Open Book RSS feed for this section

Critique littéraire _ Le nom du vent, Patrick Rothfuss

26 Jan

Cette fois c’est au tour du Nom du Vent ! C’est au cours d’une soirée entre amis, alors qu’on parlait magie et autre fantasy, que ce titre est sorti. (Ça rime! \o/) On me l’a présenté comme un Harry Potter en plus « hardcore » : beaucoup de magie, une école et un héros absolument fantastique. Je peux maintenant vous dire que c’est plus que ça !

le nom du vent

le nom du vent

Synopsis :

J’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au clair de lune que personne n’oserait même évoquer. J’ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.

J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.

Mon nom est Kvothe

Vous avez dû entendre parler de moi.

Ce que j’en pense :

Avant de parler de l’intrigue, Le nom du Vent se distingue par son style : c’est un personnage légendaire qui nous conte son histoire. Certes, le procédé n’est pas innovant, mais cette technique apporte à l’histoire cet aspect envoûtant qui nous empêche de lâcher le livre !

Nous débutons ainsi avec une narration à la troisième personne objective. Le décor se plante et nous nous tournons de plus en plus vers le personnage qui nous intéresse : un aubergiste minutieux, un jeune homme vieillit avant l’heure, un héros dans sa retraite, notre conteur.

Nous passons ensuite à la première personne et nous changeons de temps : la trame principale prend place et nous nous retrouvons dans l’histoire d’un mythe vivant. Les mauvaises langues y verront un certainement un début lent et passablement inutile, mais c’est grâce ça que nous prenons connaissance avec notre héros, que nous l’apprécions et que nous nous y attachons !

Ce récit émouvant et épique est ponctué par de multiples retours dans le présent. Le narrateur étant aussi aubergiste, la boutique doit tourner ! C’est souvent avec regret que nous quittons le jeune héros pour retrouver sa version adulte, mais ces passages sont toujours bien accueillis car ils apportent un plus à l’histoire. Ils nous donnent un aperçu de ce qu’il est devenu et son histoire à lui ne devient que plus passionnant.

 

Enfin je conseille ce roman à tous les lecteurs. Que vous découvriez le genre ou que vous en soyez féru, ce livre vous enchantera et convaincra même les plus récalcitrant à dévorer les deux autres tomes qui constituent le second livre.

Kyu

la peur du sage

la peur du sage

 

Sur le fil de la lame !

31 Déc

お早う御座います。Ohayô gozaimasu

Challenge

Challenge

Nous avons besoin d’âmes guerrières, de personnes loyales, fiables et que rien, ni personne ne détourne du chemin qu’elles ont choisi !

Arme toi de ton sabre et deviens un samouraï pour parer à ce challenge.

Tu ne sais pas en quoi cela consiste ? Pour toi ce n’est qu’un japonais avec une lame faisant de l’art martial en criant très fort ? Non, tu te trompes, c’est plus que ça, c’est une profession de foi !

Le samouraï, est un membre de la classe guerrière japonaise depuis la fin du 12e siècle (enfin c’est surtout durant la période féodale que les samouraï tel qu’on l’entend ont existé). Le dernier samouraï est décédé en janvier 2014, de quoi, un an plus tard, donner envie d’en apprendre plus !

Ces guerriers n’obéissent qu’à leur maître et si ce dernier meurt, ils deviennent ronins.

Mais ça tu l’apprendras au fil de tes lectures que nous espérerons nombreuses !

Modalités :

  • Lire un livre suffit à valider le challenge
  • La chronique du dit livre doit comporter l’une des bannières
  • Avant de partir, médite ton code d’honneur et de moral : le bushido !

N’oubliez jamais le bushido :

  • Soyez toujours prêt a servir votre maître;
  • Respectez vos devoirs envers vos parents;
  • Soyez miséricordieux à tout moment et assistez les autres.

Et viens prononcer le serment Samouraï avec nous avant le 31 Décembre 2015 :

Je n’ai pas de livres sur les samouraïs, je fais de ce challenge mon défi
Je n’ai pas de pouvoir magique, je fais de ma personnalité mon pouvoir magique
Je n’ai pas de membres, je fais de ma promptitude mes membres
Je n’ai pas de lois, je fais de mon autodéfense ma loi
Je n’ai pas fait de miracle, je fais de la lecture mon miracle
Je n’ai pas de talents, je transforme mon imagination en talent
Je n’ai pas d’armure, je fais de ma bienveillance mon armure
Je n’ai pas de château, je fais de mon esprit inébranlable mon château
Je n’ai pas de sabre, mais mes mots seront mon arme
Je n’ai pas encore lu ces livres mais je m’engage à l’avoir fait d’ici l’année prochaine.

Challenge

Challenge

Idées de lectures :

  • Romans

Hagakure de Jocho Yamamoto
Katana, tome 1 : Vent Rouge de J.L. Bizien
Katana, tome 2 : Dragon Noir de J.L. Bizien
La Guerre du Lotus, tome 1 : StormDancerde Jay Kristoff
La Pierre et le Sabre d’Eiji Yashikawa
La Parfaite Lumière d’Eiji Yashikawa
La trilogie de Matsuyame Kaze de Dale Furutani
La Tristesse du Samouraï de Victor Del Arbol
La Voie du Sabre, tome 1 de Thomas Day
La Voie du Sabre, tome 2 : L’Homme qui Voulait tuer l’Empereur de Thomas Day
Le Clan des Otori de Lian Hearn
Le Japon moderne et l’éthique Samouraïd’Yukio Mishima
Le samouraï de David Kirk
Le sang des cerisiers de T.S. Ötli
Les 47 Rônins de Jirô Osaragi
Les 47 rônins : le trésor des loyaux samouraïs de George Soulié de Morant
Les filles du samouraï de Maya Snow
Les larmes de la libellule de Jean-Charles Bernardini & Edmond Baudouin
Le cycle de Morgaine de Carolyn J. Cherryh
Par l’épée et le sabre de Armand Cabasson
Ryôsaku, tome 1 : Fleurs de Dragon de Jérôme Noirez
Ryôsaku, tome 2 : Le Shôgun de l’Ombrede Jérôme Noirez
Shogun de James Clavell
Sur les ailes du Ryu de Christophe Lambert
Traité des Cinq Roues : Gorin-no-sho de Miyamoto Musashi
Young Samurai de Chris Bradford

  • BDs

5 Ronin : La Voie du Samouraï de Peter Milligan et Tomm Coker (OS)
Bling Dog Rhapsody de Herik Hanna, Guillaume Bredèche et Hélène Lenoble
Isabellae de Raule et Barry Lopez (série)
L’Âme du samouraï de Ron Marz, Luke Ross, Jason Keith
La Légende des Nuées Ecarlates de Saverio Tenuta (série)
La Voie du Sabre : Les Cendres de l’Enfance de Mathieu Mariolle, Federico Ferniani, Thomas Day (OS)
La Voie du Samouraï, tome 1 : La lame et le vent de Ron Marz et Bart Sears
Le Vent des Dieux de Cothias et Adamov
Les Contes du 7e Souffle de Hugues Micol et Eric Adam
Okko de Hub (série)
Plus forte que le sabre de Hiroshi Hirata (série)
Samuraï de Jean-François Di Giorgio et Frédéric Genêt (série)
Usagi Yojimbo de Stan Sakai (série)
William Adams, le Samouraï des Mers de Cyril Flautat (OS)

  • Mangas

Afro Samouraï de Takeshi Okazaki
High School Samurai de You Minamoto
Goyô de Natsume Ono
Kenshin, le Vagabond de Nobuhiro Watsuki
L’habitant de l’infini de Hiroaki Samura
La Loi du temps de Hiroshi Hirata
Le Samourai Bambou de Takemitsu Zamurai
Peace Maker de Nanae Kurono
Samuraï Champloo de Masaru Gotsubo et Manglobe
SAMURAI USAGI de Teppei Fukushima
Satsuma, l’Honneur de ses samouraïs de Hiroshi Hirata
Sky Hawk de Jirô Taniguchi
Tengu de Hideki Mori
Vagabond de Takehiko Inoue

————————————————————————————————————————————————————-

Ce challenge vous est proposé par Amarüel et moi-même (Little Daisy) !
En espérant vous retrouvez nombreux et impatients de vous lancer dans cette aventure !

Pour vous inscrire via Livr’Addict, il ne vous reste plus qu’à faire un clic.

Little Daisy

Critique littéraire _  Les Survivants, D. J. MOLLES

23 Déc

Avant toute chose, je souhaite, une fois encore, remercier Babélio et Panini pour cette lecture.

Parlons dans un premier temps de l’auteur, D. J. Molles que j’ai découvert avec ce roman. Cet américain a d’abord auto-publié la série Les Survivants. Celle-ci est devenue un véritable best-seller notamment sur Internet et aujourd’hui nous la retrouvons en France avec la publication du premier tome d’un série qui en est à 6 aux USA.

Les Survivants T1

Les Survivants T1

Les Survivants tome 1, ça donne quoi ?

Habitués du blog vous avez remarqué que je ne parle pas beaucoup de zombie, une fois n’est pas coutume j’ai eu envie d’essayer ce genre en roman. Et grand bien m’en a pris !  Ce roman a été publié par Panini le 15 octobre 2014 dans la collection Eclipse.

Nous voilà en compagnie de Lee Harden et son fidèle chien Tango, enfermés dans un bunker à attendre de savoir quoi faire, à attendre pour sortir voir l’état des dégâts suite à une épidémie d’origine bactériologique qui détruit la part d’humanité de ceux qu’elle atteint. Depuis plusieurs jours, Lee n’a pas de nouvelles de ses supérieurs, il sait qu’il doit se préparer au pire.

Le synopsis officiel :

“Survivre, sauver, reconstruire.

Dans un bunker en acier blindé, enterré sous sa maison, le capitaine Lee Harden attend ses ordres. À la surface, une épidémie ravage la planète, contaminant plus de 90% de la population. La bactérie se fraie un chemin jusqu’au cerveau, y annihile toute humanité pour ne laisser derrière elle que quelques instincts primaires. Les infectés deviennent des prédateurs hyper-aggressifs, mûs par une insatiable faim et des pulsions meutrières. Le soldat appartient à un corps d’élite préparé à faire face à la catastrophe. Tôt ou tard, il devra ouvrir la trappe de son bunker, braver le nouveau monde en ruines et s’acquitter de sa mission : rétablir l’ordre et reconstruire un gouvernement.”

Mon avis :

Cette attente dans le bunker, on la ressent, elle est longue, pesante, on tourne en rond avec lui. Le style est vraiment bon. L’auteur à une plume qui est en adéquation avec ce qu’il raconte.

zombie attack

zombie attack

Fluide, il développe ce qu’il faut pour nous décrire de façon plus ou moins précise ce qu’il veut mettre en valeurs. Voilà comment parfois, nous nous retrouvons avec des passages crus nous décrivant ces zombies.

Après pour le reste de l’histoire, une fois dehors, Lee a un parcours “classique” du héros américain dans un monde infesté de zombie. Amateurs de The Walkind Dead ou encore de la BD Zombies, vous verrez que Molles ne fait pas dans l’innovation. Le titre du tome 1 est presque une alerte à ce sujet “survivre, protéger, reconstruire”. On s’attend donc à ce qu’il combatte des zombies, qu’il trouve des survivants et qu’ensemble ils tentent de reconstruire ce qu’y peut encore l’être.

Je ne vous mettrais pas de spoiler mais j’aime vraiment la chute bien qu’elle soit elle aussi assez classique.

Je classifierais donc Les Survivants de D-J Molles de bon roman pour découvrir l’univers zombie post-apocalyptique. Amateurs du genre, j’ai peur que vous ne soyez déçu par une forme de routine.

Joyeux Noël

Joyeux Noël

Little-Daisy

Les Survivants, tome 1 : Survivre, protéger, reconstruire par D.J. Molles
tous les livres sur Babelio.com

Critique littéraire de bande dessinée : Universal War One, Bajram

16 Déc

Voilà enfin de la Science Fiction!

UW1 couverture

UW1

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager une de mes grandes passions qui n’as quasiment pas été abordée ici : la SF.

Quoi de mieux, pour commencer sur ce sujet, que de vous parler de ma série BD SF préférée qui est Universal War One ?

Créée par Denis BajramUniversal War One est une bande dessinée de science fiction française en 6 tomes qui a commencée en 1998. Depuis septembre 2014, les deux premiers tomes de  Universal War Two, la suite de cette série, sont parus.

Un petit synopsis pour commencer:

Entre Saturne et Jupiter, au cœur des jeunes Etats les plus prospères de la Fédération des Terres Unies, la troisième flotte de l’United Earthes Force veillait inlassablement sur la périphérie du système solaire. Elle assurait par son gigantisme un incroyable sentiment de sécurité à ses habitants.

Mais LE MUR est apparu.

Si grand, si sombre.

Insondable.

C’est à une escadrille d’officiers en cour martiale qu’échoit la périlleuse mission d’en percer les secrets… Et ce sera au péril de leurs vies.

Pourquoi cette BD est une de mes favorites?

UW1

D. Bajram

Pour son univers:

Nous somme projeté 100 ans après notre époque, dans un système solaire qui a été révolutionné par la maîtrise de la gravité. L’homme a pu s’étendre et prospérer jusqu’à Uranus mais il n’a pas oublié d’emporter avec lui les inégalités, la pauvreté et ses autres vieux conflits. Malgré ces avancées scientifiques l’humanité ne semble donc pas plus heureuse. L’espace est froid et inhospitalier, et on retrouvera dans beaucoup des personnages une nostalgie d’un temps révolu, d’un passé plus simple et chaleureux sur terre.

Pour ses personnages

UW1

United Earthes Force

Cette série est donc centré sur l’escadrille Purgatory de la United Earthes Force (une force militaire de dissuasion et de maintien de la paix dans le système solaire) ou nos héros ont échoué afin de racheter leurs erreurs et d’échapper à la court martial. Ces anti-héros vont se retrouver au cœur de la première « Universal War » mais également face à leur sombre passé et aux démons qui les hante encore. Et c’est bien en cela que cette série me plait, voir ces personnages imparfaits se confronter à un conflit qui les dépasse. D’abord marginaux et en sursis, ils vont peut a peut devenir la clé de la résolution de cette première guerre universelle.

Pour son dessin

Les dessins  subliment l’univers de cette série. A la fois sombre, simple et magnifique avec une palette de couleur presque terne, le dessins nous aide a ressentir le malaise de nos héros face a leur environnement. Dans le vide spatial, derrière les parois d’acier d’un vaisseau de guerre, autour d’Uranus ou bien sur Titan, les dessins de Denis Bajram nous font ressentir a la fois la splendeur des paysages spatiaux et une certaine nostalgie de la terre ou tout semblait plus coloré et plus heureux pour l’humanité.

UW1

Sur Titan

Vous l’aurez compris je suis un fan inconditionnel de cette série et je ne peux que vous la conseiller chaudement que vous aimiez la Science Fiction ou pas!

Mo’

 

Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel avec tes jouets par milliers … #2

7 Déc

Le calendrier de l’avent viens d’être entamé, vous comptez les jours avec cette date fatidique du 25 décembre qui sonne l’heure de l’ouverture des cadeaux en famille … Le sapin est entrain d’être fait, si ce n’est pas encore le cas, les fenêtres sont bardés de père noël et autres flocons mais votre hôte est vide pour le moment ? Comme le montre une étude publiée sur Livre Hebdo, cette année le livre serait LE cadeau phare alors pourquoi n’allez-vous pas en librairie faire vos achats pour la famille ? Sûre que vous ferez des heureux ! Et je vais vous le prouver grâce à cette liste de livres pour toute la famille.

Noël

Noël

La liste d’idées-cadeaux pour ce Noël 2014

– Pour les petits de la famille

  • Petit Poilu

    Petit Poilu

    Petit Poilu est de retour ! Le voici embarqué dans une aventure qui le poussera à rencontrer le Yéti. Joyeux, marrant et offrant en même temps une réflexion sur la portée de nos actes, cet album jeunesse est à mettre entre les mains des petits.

  • La collection Pouss’ de Bamboo est un véritable coup de coeur. Ce sont en fait des éditions qui reprennent tous les contes connus : le petit soldat de plomb, le petit garçons qui criait au loup, Blanche Neige, la petite sirène … Mais en les adaptant aux enfants. C’est à dire que l’histoire est d’abord raconté comme une bande dessinée mais sans paroles, ensuite un petit carnet pour dessiner et ainsi comprendre et enfin le texte écrit comme un roman. C’est donc un livre évolutif mais aussi un ouvrage qui permet un partage entre les parents et l’enfant.
Pous' de Bamboo

Pous’ de Bamboo

– Pour les ados et plus

1/BD

  • Amulet T.1

    Amulet T.1

    Pour les plus jeunes, une dizaines d’années, je conseille la série Amulet ! Pour l’instant 6 livres ont été traduit de l’anglais. C’est une série que je me suis enfilée en un clin d’œil ! Je vous met le synopsis, vous verrez, vous ne résisterez pas … L’offrir à son petit frère ou sa petite sœur c’est aussi la possibilité de le lire soit même. « À la suite d’une tragédie familiale, Emily, Navin et leur mère emménagent dans une très vieille maison afin d’y commencer une nouvelle vie. Au cours de leur première nuit dans cette étrange maison, la maman d’Emily et de Navin est enlevée par une créature à tentacules. Livrés à eux-mêmes, les deux enfants vont devoir se débrouiller pour se sortir de cette situation et sauver leur mère… »

  • L’adaptation de Miss Peregrine et les enfants particuliers en BD plaira à tous ados entre 12 et 16 ans. Sachant que ce livre sera adapté par Tim Burton, ça peut être l’occasion de le faire
    Miss Peregrine

    Miss Peregrine

    lire avant sa sortie au ciné en 2015 ! Voilà le synopsis : « Fils unique, destiné à reprendre la pharmacie de ses parents, ado indolent et sans passion… Jacob mène une vie monotone. Son grand-père lui raconte depuis qu’il est petit des histoires merveilleuses : un orphelinat abrite sur une île mystérieuses des enfants aux talents extraordinaires… Même si Jacob a parfois eu envie d’y croire, il est lucide : le vieil homme n’a plus toute sa tête. Mais un jour, Jacob retrouve Grand-Père dans le jardin, une horrible blessure au ventre… »

  • Autel California

    Autel California

    Pour sa soeur féministe, amatrice de rock ou pour une maman ex-groupie ou encore fana de rock, pour toute personne aimant Nine Antico je recommande son dernier ouvrage : Autel California qui revient sur les groupies et l’arrivée du rock au USA. Des Beatles à Jim Morrison en passant par Elvis, voilà une époque qui a marqué les Etats-Unis et qui fascine notre auteur. Un très bel album qui encore une fois nous offre un portrait d’une femme américaine qui a marqué l’histoire avec Pamela Des Barres comme source d’inspiration.

  • Si vous avez des amateurs de jeux vidéos, des fans de Scott Pilgrim alors je ne peux que vous conseiller Seconds du même auteur. Pour plus de détails, je vous renvois à mon article !
Seconds

Seconds

  • Saga T.1

    Saga T.1

    Un peu de SF avec la série SAGA qui a actuellement 3 tomes de parus sur 4. Alana et Marko s’aiment et ont une fille, Hazel mais ils n’ont pas la même race. Pire, leur deux races se font la guerre et ils sont recherchés à travers la galaxie. Suivez leur aventures et leurs péripéties pour savoir ce qui adviendra des peuples de la galaxie et de leur bébé !

2/ Romans

Je recommande la lecture de :

  • Harry Potter de J.k. Rowling
Harry Potter T.1

Harry Potter T.1

Il faut vraiment que je vous présente ce sorcier intergalactiquement célèbre ? Je ne pense pas ! Mais si vous avez autour de vous un ado qui n’a pas lu cette série, un conseil, offrez lui le premier roman. On sait tous que l’essayer c’est l’adopter. Si ça a fonctionné avec une génération, pourquoi ça ne marcherai plus ?

  • Stuart Little de E.B. White

De même que le livre précédent, Stuart Little est un classique qui a connu un succès au cinéma. Toutefois, étant un peu moins connu, je vous met le synopsis pour vous rafraîchir la mémoire :

Stuart Little

Stuart Little

« M.et Mme Little attendaient un enfant, et c’est avec une souris de 5 centimètres de haut qu’ils sont rentrés de la maternité. Un souriceau prodige nommé Stuart, qui sait parler et marcher dès la naissance et pour lequel il va falloir rendre la maison confortable et sûre. Mais Stuart est un aventurier qui n’aime ni le confort ni la sécurité. Ce qu’il aime, c’est conduire des bolides modèles réduits, sur la route et sur les flots. Jouer à être le Président du Monde. Se battre au tir à l’arc avec un chat assassin. Tomber amoureux de Margalo, le roitelet femelle et partir à sa recherche, vers le Nord, infatigablement… »

Un roman qui se lit très bien dès 10 ans.

  • Katana de J.L. Bizien 
Katana T.1

Katana T.1

J’ai tellement aimé ce roman que je vous le remet dans les incontournables à offrir dès 12 ans. Voilà ma critique qui date d’il y a un peu plus d’un an.

  • Bilbo le Hobbit de Tolkien
Bilbo le Hobbit

Bilbo le Hobbit

Et en voilà un autre d’indispensable. Surtout qu’avec la sortie du 3e film, c’est la fin et on en voudrait toujours un peu plus. Alors que ce soit en bd ou en roman, c’est toujours bien de lire Bilbo le Hobbit !

………………….

…………………

– Pour les autres membres de la familles et les amies

1/ BD

  • Largo Winch T.19

    Largo Winch T.19

    A tous les papa lecteur de Largo Winch, lecteur de XIII ou encore de SODA, réjouissez-vous, un nouveau tome de ces 3 séries viens de sortir ! De quoi régaler tous les fana de ces séries indémodables.

  • Une bande dessinée à offrir à ses grands-parents bretons, à celui/celle que l’on aime, à tous en fait : Un océan d’amour ! Voilà le dernier ouvrage du scénariste Lupano. Une histoire d’amour sans paroles entre une bigouden et un marin. Quand une tempête emporte l’être aimé loin de cette faiseuse de crèpes, rien ne l’empêchera de retrouver son marin de mari !
Un océan d'amour

Un océan d’amour

  • Un coup de coeur, qui a reçu le prix des Libraires : Les vieux fourneaux. Actuellement 2 tomes sur 3 sont sortis et les deux sont divins ! Une comédie hilarante avec un dessin délicat qui raconte les
    Les vieux fourneaux T.1

    Les vieux fourneaux T.1

    retrouvailles de 3 petits vieux suite au décès de la femme d’un des trois. Mais ces 3 vieux ont du caractère, entre un anarchiste, un syndicaliste qui a fait suer son patron tout au long de sa carrière et un globe trotter bardé de tatouage maoris, vous ne pourrez que mourir de rire ! Surtout quand le syndicaliste apprenant dans le testament de sa femme qu’elle l’a trompé une fois avec son patron et que ce dernier décide d’aller tuer ce dernier qui est en Toscane !

2/ Romans

  • La reine des lectrices

    La reine des lectrices

    Pour les gens qui aiment l’humour british et qui les romans courts je conseille Alan Bennett et surtout La reine des lectrices. Si vous voulez plus d’informations, je vous redirige vers mon article.

  • Le poids des secrets T.1

    Le poids des secrets T.1

    Un peu de douceur et de délicatesse avec la pentalogie Le poids des secrets de Shimazaki qui a été un coup de coeur pour moi cette année. Je l’ai découvert cet été et je n’en démords pas, il y a bien longtemps que je n’avais pas été touché par une plume aussi belle. Un cadeau qui saura séduire par son contenu mais aussi par la beauté de l’ouvrage. Acte Sud a fait de très beaux livres !

  • Enfin si vous aimez l’histoire et la littérature asiatique, une sortie qui a également marqué mon annéeLe garde, le poète et le prisonnier de Lee JUNG-MYUNG. Ce livre plaira à tous ceux qui aiment les tranches de vie.
Le garde, le poète et le prisonnier

Le garde, le poète et le prisonnier

Bonus :

Lastman T.1

Lastman T.1

Une série qui plaira à tous car elle est tellement éccléctique qu’on y trouvera forcément son compte, c’est : Lastman de Bastien Vivès, Balak et Sanlaville. Elle est grandiose et je vous en fais son éloge dans un article qui vous poussera à lire cette série de 6 tomes actuellement. Le 1e cycle vient d’être terminé, on attend la suite maintenant.

Et pour ceux qui n’ont toujours pas trouvé dans cette liste, je vous met le lien vers celle de l’an dernier, on ne sait jamais !

Maintenant que la liste est faite, savourez l’arriver du froid avec un chocolat chaud au marshmallow ou une tisane avec votre roman favoris !

Little Daisy transformation Papa Noël !

"C'est no-noël et ce soir l'essentiel c'est de regarder là-haut"  ♪

« C’est no-noël et ce soir l’essentiel c’est de regarder là-haut » ♪

Critique littéraire de bande dessinée – The Grocery de G. Singelin et A. Ducoudray

5 Déc

Parce qu’il y a un moment que je n’ai pas parlé de Ankama, je vais de ce pas laver cet affront en vous présentant la série The Grocery de Guillaume Singelin et Aurélien Ducoudray. Publiée dans la collection « label 619« , elle est actuellement en cours avec trois volumes.

Je vous laisse aller voir le talents des deux créateurs de The Grocery :

singelin

Singelin

G. Singelin :

……

……

.

A. Ducoudray

A. Ducoudray

A.Ducoudray :

……

…………………

…………..

Synospsis :

Lorsqu’il arrive dans ce quartier de Baltimore où son père vient de reprendre une épicerie, Elliott se demande s’il saura s’y faire de nouveaux amis… Mais il s’adapte à son nouvel environnement bien plus vite qu’il ne s’y attendait et se noue avec Sixteen et son gang de gamins dealers de dope ; Washington, un marine désespéré par son retour d’Irak ; ou encore Ellisone, l’ancien caïd du quartier qui cherche à reprendre ses droits sur son territoire…

tome 1

tome 1

Un univers teinté de réalisme social, violent et cru, qui relate le quotidien de ceux que l’on appelle les « cornerboys ».

+ la preview du tome 1 sur BDgest

Mon avis :

tome 2

tome 2

Sur le dessin, je suis séduite mais en même temps, je ne suis pas fair-play car j’aime de base le dessin de Singelin …  Ses personnages fantasques et pas vraiment humains font chavirer mon cœur. En plus sont monde est tellement coloré, c’est magique.

Avec The Grocery, nous voilà plongé dans une banlieue américaines au cours d’une guerre des gangs mais je trouve que cette magie singulière à Singelin demeure présente même dans les actions cruelles de cette BD.

Pour le scénario, chapeau bas l’artiste. Ducoudray mêle actualité avec le retour des soldats d’Irak, les gangs et le rejet des ghettos avec des histoires qui sont singulières à chacun des personnages.

tome 3

tome 3

Des tranches de vies qui rendent tous ces protagonistes attachants, que ce soit le petit Elliott qui a perdu sa mère, un peu naïf, le soldat US qui a tout perdu et que le destin n’épargne pas ou encore le benêt au service d’un gang nazi qui ne désire qu’une chose : être accepté tel qu’il est et avoir de véritables amis.

Une guerre des gangs bien renseignée où les latinos (de la Mara) rencontre les juifs et les nazis ainsi que les anciens de l’US Army. Voici un univers déjanté, plein de castagne, avec des personnages touchants.

Je reste donc sur ma position, le label 619 est une pointure (la mienne en tout cas) et j’adhère totalement !

 xoxo

See you later,

Your Little Daisy

Critique littéraire – La trilogie de Loredan de J.K. Parker

4 Déc

Que dire ce chef d’œuvre qu’est la trilogie de Loredan de J.K. Parker ?

Tout comme les avis sur le net, le mien est partagé. Durant la découverte de cette trilogie, j’ai été confronté à une histoire aussi palpitante qu’horrible et parfois même choquante. De prime abord, ça ne donne pas envie de le lire. Et pourtant c’est une expérience unique et (je trouve) enrichissante.

Les couleurs de l'acier

Les couleurs de l’acier

Mais avant d’aller plus loin voici la quatrième de couverture du premier tome (Les couleurs de l’acier) :

« Bardas Loredan se sent bien fatigué… Il a beau savoir se battre comme personne, les duels sont éprouvants et les affaires bien maigres. Même pour un avocat qui plaide en maniant le fleuret. Et voilà que les terribles tribus des plaines se rassemblent : une gigantesque attaque est imminente. En tant que vétéran, l’un des survivants d’une escouade mythique, Loredan est directement concerné : c’est à lui qu’on a confié la défense de Périmadei, la Triple Cité que l’on prétend imprenable. Ajoutez à cela les espions de tous poils, les luttes intestines et tout récemment une malédiction qui lui tombe sur la tête. Pour résister au plus grand siège de tous les temps, il va lui falloir plus que du courage. »

Ce que j’ai pensé suite à cette lecture :

On évolue donc dans un monde de cape et d’épée dans la prestigieuse cité état de Périmadei. Ici point de héros à la jeunesse naïve ni de paradis perdu. On démarre sans ambages avec un monsieur entre deux âges. Avec un passé de militaire pour le moins traumatisant, il vie une vie littéralement précaire. Oui oui je ne parle pas de sa santé ou de son emploi mais bien de sa vie.

Cas typique de l’antihéros, Bardas a bien les compétences et l’expérience, mais il est loin d’avoir le mental ou l’attitude du héros conventionnel ! Doté d’un humours sombre il se fond parfaitement dans le décors et nous mène dans un monde où la dure réalité frappe sans merci.

Le ventre de l’arc

A travers lui nous naviguons dans une mer de démence, de traîtrise et vice. Les passions sont fortes et mènent aux excès. Les bonnes intentions finissent souvent en horreurs et les vengeances qui s’en suivent sont pires encore. Enfin les relations entre les personnages sont pour le moins complexes, surtout dans la famille Loredan ! Bref l’intrigue est tout bonnement renversante (parfois bouleversante) et on ne peut pas dire qu’on peut deviner la suite !

Mise à part l’histoire, le style du livre et les certains passages rencontrés sont captivant.Les scènes d’actions hyper mouvementés sont agrémentés de descriptions très techniques quoique très intéressant. En suivant le héros à travers ses différents métiers, ces descriptions sont tout à fait justifiées et ne donnent pas cette impression de longueur. L’aspect artisanal ayant une place prépondérante dans l’histoire, on accueil ces passages de bon cœur bien que ça soit parfois violent !

Au final on se retrouve avec une histoire plaisante à lire que j’ai beaucoup aimé. Il est assez difficile de se faire une idée sur cette série sans l’avoir lu. Il a beaucoup de point positifs qui peuvent être pris pour des points négatifs et les ressentis qu’on en tire sont contradictoires. Les sentiments les plus nobles sont mélangés aux cruautés les plus folles. Les cadeaux sont souvent empoisonnés et quand la famille s’en mêle les drames ne sont jamais bien loin.

Ceux qui ont lu la fin comprendront l’horreur de cette référence...

Ceux qui ont lu la fin comprendront l’horreur de cette référence…

Malgré tout ce n’est pas une série que je recommande à tout le monde. D’abord parce que cette trilogie est peu commune et ensuite on est loin des héros gentils qui sauvent le monde d’un horrible méchant. En fait, on se prend même à apprécier les “méchants” et la fin m’a laissé comme on le dit : “sur le cul”… Le lecteur aura peut être besoin d’un peu de maturité pour l’apprécier dans sa pleine mesure sachant qu’il rencontrera quelques passages qui le pousseront surement à arrêter la lecture !

Kyu

Critique littéraire de bande dessinée _ La lune est blanche d’Emmanuel & François Lepage

27 Nov

Nous disions que l’hiver s’était installé dans la production littéraire et ce n’est pas avec cet article que la température va dépasser les 0°c. Paru le 16 octobre 2014 chez Futuropolis, La lune est blanche est le nouveau chef d’oeuvre d’Emmanuel Lepage qui signe là une oeuvre en collaboration avec son frère François Lepage qui est photographe.

Présentation de l’ouvrage par Futuropolis:

la lune est blanche

la lune est blanche

En 2011, Yves Frenot, le directeur de l’IPEV, l’institut polaire français, invite François et Emmanuel Lepage à rendre compte, dans un livre mêlant bande dessinée et photos, d’une mission scientifique sur la base française antarctique Dumont d’Urville, en terre Adélie. En outre, il leur propose de participer, comme chauffeurs, au raid de ravitaillement de la base Concordia, située au cœur du continent antarctique, à 1 200 km de Dumont d’Urville ! Le Raid, comme on l’appelle, est LA grande aventure polaire !

Mon avis:

Un voyage de 256 pages en Antarctique et pour moins de 30 euros ! E. Lepage fait de la concurrence à toute les agences de voyages. Et je ne rigole pas, son dessin et les photographies de son frère sont d’une puissance et d’une intensité telle que nous avons l’impression d’y être. Le froid nous enveloppe et notre seul désir : réussir à faire le raid.

Une histoire, un témoignage, une aventure que les frères Lepage nous dévoilent avec force, conviction et brio.

Toutefois les photographies ne sont pas majoritaires face au dessin d’Emmanuel Lepage et c’est aussi en grande partie son récit qui nous est donné à lire.

Dans un paysage de glace, où rien ne semble pouvoir y vivre, l’auteur nous offre une histoire remplie d’humanité, de tranches de vies, de portraits singuliers et émouvants. J’ai véritablement plongé dans cette BD pour en ressortir la tête pleine de rêves et d’images somptueuses !

Nous avons d’ailleurs eu la chance d’accueillir Emmanuel Lepage à la librairie. Ce fut un moment chaleureux et je pense que les personnes présentent pour la dédicace sont reparties ravies ! (les autres aussi je l’espère)

L'astrolabe

L’astrolabe

Cet album vous à plu ?

→ Je vous recommande alors la lecture de Voyage aux îles de la Désolation ou encore de Un printemps à Tchernobyl.

→ Le style vous plaît mais vous désirez autre chose que du récit de voyage, foncez sur Oh les filles !

Little Daisy

Critique littéraire de Bande dessinée – Les Carnets de Cerise tome 3, Le dernier des cinqs trésors d ‘Aurélie Neyret et Joris Chamblain

19 Nov

Une vague de froid souffle sur la bande dessinée à l’approche des fêtes de Noël et le rayon jeunesse ne déroge absolument pas à la règle, bien au contraire. Après l’arrivée de Petit Poilu, le blues du Yéti, j’ai enfin pu lire le tome 3 de la série Les Carnets de Cerise. Sorti le 13 novembre 2014, ce troisième tome s’intitule Le dernier des cinq trésors, toujours publié chez Soleil dans la collection Métamorphose.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série, séance rattrapage

Cerise et ses amies

Cerise et ses amies

Sortie pour la première fois en septembre 2012 (le tome 1), cette série raconte l’histoire de Cerise, une jeune fille pleine de vie qui n’a en tête que son rêve de devenir romancière. Mais comment fait-on pour écrire des histoires ? Il faut vivre des aventures, c’est ainsi qu’avec l’aide de ses deux meilleures amies, Cerise va se mettre en quête d’histoires croustillantes à raconter plus tard. Toujours armée d’un calepin et d’un stylo, Cerise va faire de sa cabane un poste d’observation pour tenter de comprendre le monde des adultes.

Primée à Angoulême en 2014 dans la série jeunesse, cette bande dessinée est un véritable chef d’oeuvre graphique. Aurélie Neyret nous offre à voir de beaux dessins et un monde apaisant, joli et enfantin sans être infantilisant.

Un mot sur les auteurs ?

Avatar de l'auteur

Avatar de l’auteur

Aurélie Neyret vient de Lyon, elle est illustratrice et on a plein de moyen de jeter un œil à ses travaux !

Mais cet ouvrage ne serait rien sans Joris Chamblain qui est le scénariste. Je tiens à ce propos à m’excuser de ne pas avoir fais un paragraphe où je le mentionnais au préalable ! Puisqu’en effet cette série est une collaboration. Merci toutefois pour ce gentil commentaire, bien que je n’ai pas rendu mérite au travail que vous aviez fait !

Allez direction le tome 3 !

Synopsis

Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commence à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux… Cette fois, elle s’intéresse à Sandra… Son atelier de reliure regorge d’ouvrages anciens. Mais il en est un qu’elle n’a jamais réparé. Pourquoi ? Savait-elle seulement qu’il était là ? Et quels sont ces cinq trésors lies à la vie de la jeune femme ? Cerise, Line et Erica vont suivre ensemble ce jeu de piste, cette enquête à tiroirs, pour tenter de rendre à Sandra ce qu’elle a perdu, il y a tant d’années…

Les carnets de Cerise Tome 3

Les carnets de Cerise Tome 3

Mon avis

Cerise en décembre

Cerise en décembre

C’est noël avant l’heure ! Cerise est de retour et pour mes pupilles c’est un régal. La qualité du scénario égale le génie de l’illustratrice. Des couleurs époustouflantes, une couverture de saison qui donne envie de se rouler dans la neige. Le ton est donné, Cerise nous embarque pour les fêtes de fin d’année dans une nouvelle enquête. Elle a grandit et ses interrogations sont de plus en plus profonde. Son désir d’aider son prochain reste toutefois intacte tout comme sa fougue, sa joie et sa volonté d’écrire.

Un livre qui parle de la fabrication du livre, de sa fragilité, du besoin de le réparer et de la passion de ceux qui les fabriquent. Le sujet m’a tout de suite attirée, doublée d’une histoire de famille et de l’arrivée d’un nouveau personnage féminin attachant.

Série jeunesse coup de coeur !

Un ouvrage qui séduira les filles à partir d’une dizaine d’année et les garçons ayant des âmes de poètes.

J'adore ce poster

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Little Daisy

 

La « Polina » de Bastien Vivès

15 Nov

C’est un de ces livres que je voulais « posséder ». Je l’ai lu, de ci de là, en librairie pour voir ce qu’il valait comme j’aime lire un premier chapitre de roman pour me mettre l’eau à la bouche. J’avais déjà lu d’autres ouvrages de Bastien Vivès chez ma coiffeuse (oui, ma coiffeuse a de très bons goûts !). Et je me suis décidée à l’acheter pour pouvoir le déguster en privé. Et je n’ai pas été déçue avec la magnifique Polina !

Polina Oulinov

Polina Oulinov

Un rapide résumé de la situation : on suit l’histoire de la jeune danseuse russe Polina Oulinov, de son entrée à l’Académie Bojinski à 6 ans, jusqu’à l’approche de la trentaine, à travers quelques épisodes dansés de sa vie. On traverse sa vie pleine de rebondissements, de la petite fille très douée qui auditionne pour entrée à l’école de danse à la chorégraphe et femme en voie d’accomplissement.
C’est une belle réflexion sur l’art et la discipline qu’on peut lire, ses rapports avec en gros le reste du monde, le plus souvent avec le mode de la danse et tout particulièrement ses relations avec un de ses maîtres d’une extrême rigueur : le professeur Nikita Bojinski.

Le personnage de Polina m’a beaucoup plu, j’aime vraiment cette personne. Et pour moi, c’est assez important, pas forcément de se reconnaître dans un personnage, mais de l’apprécier et de reconnaître la justesse de son caractère dans certains moments. (Un peu comme Scarlett O’Hara : je ne voudrais pas lui ressembler, mais contrairement à plusieurs critiques, je ne la déteste pas.) Et je crois qu’en l’occurrence, Polina est une belle personne, une personne juste, pleine d’instinct et d’éthique sans militantisme ; qui essaie de mener sa vie pour elle simplement.

Apprécier le personnage me permet aussi de mieux considérer le travail de l’auteur. Je suis plus à même d’en remarquer la beauté et le sens. La finesse du trait, sa concordance avec l’histoire racontée. La légèreté du trait rend bien compte du contexte dans lequel vit Polina ; la danse classique n’y est vue ni pompeuse ni minimaliste.

Habituellement, je ne suis pas attirée par les travaux en noir et blanc, mais je trouve que Vivès a su se concentrer sur les détails adéquats, les émotions, les sentiments qui ressortent de chaque mouvement, chaque interprétation. Le corps est bien dessiné et bien mis en avant. En lisant, j’ai ressenti des mouvements comme si j’étais Polina et tout particulièrement sur les dessins des omoplates, de l’extension du dos, du port de tête altier.

Tout est dans le port de tête

Tout est dans le port de tête

Certaine critiques ont trouvé « trop facile » de se limiter à quelques traits. Mais je trouve au contraire que ça a été une bonne décision, que les traits et les moments mis en valeur le sont à juste raison. Par exemple, on peut lire deux pages sans y voir un seul œil dessiné, et tout à coup, les yeux apparaissent dans la dernière case. Et c’est révélateur de l’aveuglement de la situation dans laquelle Polina se plaçait ; c’est le moment où elle ouvre littéralement les yeux. Et perso, je trouve ça poétique. Ou encore, Bojinski enlève ses lunettes très tardivement dans le livre ; c’est justement à ce moment que les barrières tombent et qu’on sent un rapprochement entre les personnages.

C’est aussi à travers la gestion du temps qu’on peut passer un bon moment. Sans lourdeur, Vivès a plusieurs fois recours à des ellipses temporelles, mais qui, bien que subites, semblent à chaque fois naturelles. On a pas l’impression d’assister seulement à l’accumulation de moments clé de la vie de Polina. C’est plus une impression diffuse sur ce qu’elle ressent à travers ces différents événements. Chaque passage se fait, non pas en douceur, ce serait mentir sur le caractère de Polina, mais de manière juste. Et cela reflète bien la personnalité et la vie de Polina. A chaque relecture du livre (oui, je lis, relis et re-relis ), je suis heureuse du moment que je viens de passer au milieu de cette vie que je n’ai pas. C’est un beau moment que nous offre Bastien Vivès à mon avis.

Muze "Danser sa vie"

Muze « Danser sa vie »

Et ce sont de beaux moments qui s’annoncent ensuite quand on fait quelques recherches pour en savoir plus, en avoir plus. Fidèle lectrice du magazine « Muze« , je me suis replongée dans le numéro d’hiver 2012 sur « Danser sa vie » avec un entretien particulier de Bastien Vivès. J’ai découvert un reportage Arte sur la danseuse classique Polina Semionova. C’est en la voyant danser que Vivès a trouvé son inspiration pour appuyer son trait. Dans le documentaire, j’ai vraiment ressenti cette même légèreté et cette même profondeur en voyant sa « muse ». On reconnait sa silhouette, jusqu’à la pointe de l’oreille !

Et pour couronner le tout, « Polina » est aussi un projet qui s’inscrira bientôt sur les grands écrans ! La réalisatrice Valérie Müller adaptera à partir de janvier prochain la BD en partenariat avec le chorégraphe Angelin Preljocaj. J’avais eu la chance de voir son « Blanche-Neige » avec les costumes de Jean-Paul Gaultier, superbe moment surtout la scène finale de danse ensommeillée, les yeux fermés… Le tournage se fera entre Moscou, Anvers et Aix-en-Provence pour une sortie en salle en septembre 2015.

Hâte de voir tous ces morceaux de vie dansés mis en scène !

« Polina » de Bastien Vivè, KSTM 2012.

LéaElleL’a

%d blogueurs aiment cette page :